Instant classique – 8 octobre 1893… 127 années jour pour jour. Dernière œuvre achevée de Bruckner, Helgoland célèbre l’acquisition de l’île de Helgoland, en mer du Nord, par les Allemands. Un grand morceau vigoureux et fervent, au style grandiose et aux accents ouvertement wagnériens, qui ne cède pourtant pas aux sirènes purement nationalistes malgré le sujet

Anton Bruckner est malade et affaibli depuis deux ans lorsque la Société chorale masculine de Vienne lui commande une œuvre pour chœur d’hommes et grand orchestre. Le texte choisi  il n’est pas certain qu’il l’ait été par le compositeur  est un poème d’August Silberstein, qui célèbre l’acquisition de l’île de Helgoland, en mer du Nord, par les Allemands en 1890, le Royaume-Uni l’ayant cédé à l’empire du sinistre Guillaume II.

Le poème raconte comment le peuple saxon de l’île est attaqué par les Romains mais les repousse grâce à une intervention divine. Anton Bruckner compose un grand morceau vigoureux et fervent, qui ne cède pourtant pas aux sirènes purement nationalistes malgré le sujet, et où l’on retrouve son style grandiose ici mâtiné d’héroïsme et aux accents ouvertement wagnériens.

C’est de fait la dernière œuvre achevée de Bruckner, qui n’ira pas au bout de sa magnifique 9e symphonie et qui mourra en 1896.

Helgoland n’est pour ainsi dire jamais jouée et a été très peu enregistrée, sauf à deux reprises par Daniel Barenboim ici avec le chœur et l’orchestre symphonique de Chicago en 1979.

Cédric MANUEL



À chaque jour son instant classique !
Rubrique : « Le saviez-vous ? »