Select Page

« Il faut bien vivre » : la sentence empoisonnée

« Il faut bien vivre » : la sentence empoisonnée
Advertisement

« Erreur 404 », c’est un dysfonctionnement dans la communication, un bug dans le système, une ressource qui fait défaut… C’est aujourd’hui le titre de la chronique hebdomadaire de Paméla Ramos dans Profession Spectacle. Paméla Ramos ? Une spectatrice avisée des modes de pensée et d’action artificielles. Drôle, incisive, grinçante, pertinente, réfléchie, profonde, sa plume risque de ne laisser personne indifférent… et c’est tant mieux.

Lundi

La mode du hygge sévit depuis trois ans au moins ; tous les hivers, elle est de sortie en librairie, en cosmétique et en décoration d’intérieur. Il s’agit d’aller bien avec des pyjamas laids, des bougies et du chocolat chaud. Mads Mikkelsen, dans une de ces vidéos éperviers qui fondent sur vous à la vitesse de l’éclair, a l’air de nous dire que cela fonctionne, cela doit être vrai.

Vous entrez dans une librairie le sérieux vrillé au fond des poches, gris comme une fin d’incendie qui implore de repartir, en vous demandant quel scandinave maudit comme Stig Dagerman va bien pouvoir vous faire un signe ami, et vous tombez sur une table entière de livres sur les bougies et les chocolats chauds danois : donnez-moi une meilleure raison de terminer brutalement de se retrancher à tout jamais des hommes ?

Mardi

« Il faut bien vivre », la sentence empoisonnée. Imaginez William Wallace, dans sa campagne écossaise, en train de regarder passer les Anglais en soupirant cette phrase, puis en retournant couper du bois pour chauffer le château de ses nouveaux maîtres. Dès que tu prononces « il faut bien vivre », tu sais au plus profond de toi que tu l’as ratée, cette vie.

Mercredi

« Le but des sciences sociales n’est pas de constituer l’homme, mais de le dissoudre » (Claude Lévi-Strauss).

Au social, préoccupé par sa passion dévorante pour le chiffre à égaliser, il faut toujours reprendre l’humain qu’il tient en otage.

Jeudi

La saison incite à penser à son épitaphe. J’essaye celle-ci : « Vous n’êtes pas plus vivants que je ne suis morte mais vous, vous pouvez encore y remédier. »

Vendredi

La sagesse est un jeu de cryptage. Il s’agit d’employer son existence à percevoir exactement tout ce qui n’a pas été clairement formulé, et de ne pas tenter de lui en faire de la publicité.

Paméla RAMOS

Erreur 404 ou les semaines incisives de Paméla Ramos

 



 

Advertisement

Trackbacks/Pingbacks

  1. « Il faut bien vivre » : le sentence empoisonnée ⋆ Paméla Ramos - […] Chronique Erreur 404 publiée le 10 décembre 2017 sur Profession-Spectacle […]
  2. « Il faut bien vivre » : la sentence empoisonnée ⋆ Paméla Ramos - […] Chronique Erreur 404 publiée le 10 décembre 2017 sur Profession-Spectacle […]

Laisser un commentaire

Suivez-nous

Restez informé !

Rencontre avec Anne-Christine Micheu autour des droits culturels

Nous soutenons …

affiche barcelone en scene à paris theatreaffiche Quand on sait