Select Page

« Le Crime de Monsieur Lange » : Renoir et Prévert filment une utopie socialiste

« Le Crime de Monsieur Lange » : Renoir et Prévert filment une utopie socialiste
Advertisement

Ressortie – Amédée Lange et Valentine se réfugient dans un hôtel à la frontière belge. Monsieur Lange est recherché pour meurtre. Valentine se propose de raconter aux clients de l’hôtel son histoire pour les laisser apprécier sa culpabilité.

Le Crime de Monsieur Lange commence comme un film noir. Mais il continue bientôt sur le mode de la fable politique.

Une expérience collectiviste

Jean Renoir, Le Crime de monsieur Lange (affiche)Comme King Vidor, Jean Renoir filme un microcosme. On n’est pas dans une ferme collective comme dans Notre pain quotidien, mais dans un immeuble parisien : au rez-de-chaussée, une blanchisserie dirigée d’une main ferme par Valentine – interprétée par Florelle, qui avait joué une émouvante Fantine dans Les Misérables de Raymond Bernard et qui mourut, en 1974, dans la misère à La Roche-sur-Yon.

À l’étage, une salle de presse où sévit l’infâme Paul Batala (Jules Berry au sommet de son art) qui se joue de la crédulité de ses employés, hommes et femmes, pour les abuser. Batala met enceinte une des employées de Valentine. Il usurpe à Amédée Lange (René Lefevre, jeune premier prometteur… qui ne tint pas ses promesses) ses textes pour les publier. Pourchassé par ses créanciers, Batala déménage à la cloche de bois et disparaît dans un accident de chemin de fer.

Comme King Vidor, Jean Renoir filme, un an avant le Front populaire, une expérience collectiviste : les employés de Batala se constituent en coopérative et transforment, à force d’abnégation et de bonne humeur, une entreprise au bord du redressement en florissant commerce. Mais, hélas, comme on pouvait le craindre, Batala n’est pas mort et revient, le soir de Noël, déguisé en abbé, faire chanter Lange et Valentine.

Réalisation d’un film et d’un idéal

Le Crime de Monsieur Lange réunit deux monstres sacrés du cinéma : Jean Renoir à la réalisation – qui va signer ses deux chefs d’œuvre La grande illusion et La Règle du jeu – et Jacques Prévert au scénario. Leur collaboration fait merveille. Les textes de Prévert sont aussi truculents que poétiques ; on entend un « Embrassez-moi » qui annonce Le Quai des brumes.

La caméra de Renoir virevolte : on étudie dans toutes les écoles de cinéma le panoramique à 180° utilisé pour filmer la scène du crime. Mais les scènes de groupe sont peut-être les plus réussies. Les comédiens étaient unis dans une complicité qui n’était pas que de façade. La plupart faisait partie du groupe « Octobre », une association agit-prop et libertaire proche du Parti communiste. Ensemble, ils ne tournaient pas seulement un film ; ils réalisaient un idéal.

Tony PARODI

 



Jean Renoir, Le Crime de monsieur Lange, France, 1936, 84mn

  • Sortie : 24 janvier 1936 (ressortie : 21 février 2018)
  • Genre : drame
  • Classification : tous publics
  • Avec René Lefèvre, Jules Berry, Odelle Florelle, Nadia Sibirskaïa, Maurice Baquet, Sylvia Bataille, Henri Guisol, Jacques Brunius, Paul Grimault, Jean Dasté.
  • Scénario : Jacques Prévert, d’après Jean Castanier

En savoir plus sur le film avec CCSF : Le Crime de monsieur Lange

Jean Renoir, Le Crime de monsieur Lange



Découvrir toutes nos critiques de films



Advertisement

Laisser un commentaire

Suivez-nous

Restez informé !

Rencontre avec Anne-Christine Micheu autour des droits culturels

R.O.C & Folk

dessin coupe du monde footballdessin_roc_johnny_heritage