Select Page

« L’Homme qui tua Don Quichotte » : une déception à la hauteur de l’attente

« L’Homme qui tua Don Quichotte » : une déception à la hauteur de l’attente
Advertisement

Toby (Adam Driver) est devenu un célèbre réalisateur américain. De retour en Espagne sur un tournage, il part à la recherche du cordonnier (Jonathan Pryce) qu’il avait embauché pour son premier film, une adaptation en noir et blanc de Cervantès.

Mais le vieil homme a depuis sombré dans le folie. Il se prend pour Don Quichotte et prend Toby pour son fidèle écuyer, Sancho Panza.

Déboires successifs et richesse du scénario

Terry Gilliam, L'Homme qui tua Don Quichotte, avec Jonathan Pryce et Adam Driver (affiche)Il y a beaucoup de raisons de s’enthousiasmer pour le dernier film de Terry Gilliam. La première est bien sûr les conditions de sa réalisation et de sa sortie – que nous rappelle d’ailleurs un carton avant le générique. Le film a mis plus de vingt ans à se faire. Lost in la Mancha, un making-of sorti en 2002, racontait les déboires subis par Terry Gilliam pour en tourner une première version avec Jean Rochefort, Johnny Depp et Vanessa Paradis. Quinze ans plus tard, c’est un bras de fer juridique avec un ayant-droit, le portugais Paulo Branco et sa société Alfama Films, qui faillit une fois encore compromettre la sortie du film.

La seconde, et non la moins moindre, est la richesse du scénario qui, sous prétexte de nous narrer les aventures de Don Quichotte, s’essaie au portrait de l’artiste en – vieil – homme.  Jonathan Pryce, qui interprétait déjà il y a plus de trente ans le premier rôle de Brazil, est le double autobiographique de l’ancien Monthy Python. Le personnage, comme le réalisateur, vit un rêve dangereux : fuir une vie décevante et se réfugier dans la fiction.

Il entraîne à sa suite ce jeune réalisateur américain surdoué campé par Adam Driver – dans la peau duquel on imagine fort bien le charme et l’ironie de Johnny Depp – qui constitue un second double autobiographique de Terry Gilliam. D’un côté donc un jeune réalisateur qui court à sa perte à force de poursuivre des chimères ; de l’autre un vieil homme philosophe qui a définitivement lâché les amarres.

Un effarant manque de rythme

Mais toutes ces – bonnes – raisons – ne suffisent pas à faire de L’Homme qui tua Don Quichotte un bon film. Cette adaptation dynamitée de Cervantès n’en est pas un, aussi grande que fut notre attente et aussi intense notre désir d’accompagner Terry Gilliam dans ses délires.

La faute à un effarant manque de rythme. L’Homme qui tua Don Quichotte est une Rolls Royce avec un moteur de 2 CV. Sa première demi-heure, censée introduire les personnages et lancer l’action, ressemble à un mauvais film d’action : pourquoi diable avoir fait monter Toby sur une moto et l’avoir lancé dans une course poursuite aussi poussive que convenue ?

Le reste est à l’avenant, pendant plus de deux heures interminables où les personnages n’évoluent pas d’un iota, jusqu’à une longue scène finale, un bal masqué qu’on espérait féérique et dont la seule utilité semble-t-il est d’éclairer le sens du titre.

Tony PARODI

 



Terry Gilliam, L’Homme qui tua Don Quichotte, Grande-Bretagne – Espagne, 2018, 132mn

  • Sortie : 19 mai 2018
  • Titre original : The Man Who Killed Don Quixote
  • Genre : film d’aventures
  • Classification : tous publics
  • Avec Jonathan Pryce, Adam Driver, Olga Kurylenko, Stellan Skarsgard, Joana Ribeiro, Oscar Jaenada, Jordi Mollà, Sergi Lopez, Rossy de Palma, Mario Tardón, Jason Watkins, Paloma Bloyd.
  • Scénario : Tony Grisoni
  • Image : Nicola Pecorini
  • Musique : Roque Baños
  • Distribution : Océan Films

En savoir plus sur le film avec CCSF : L’Homme qui tua Don Quichotte

Terry Gilliam, L'Homme qui tua Don Quichotte, avec Jonathan Pryce



Découvrir toutes nos critiques de films



Advertisement

Laisser un commentaire

Suivez-nous

Restez informé !

Rencontre avec Anne-Christine Micheu autour des droits culturels

Nous soutenons …

affiche barcelone en scene à paris theatreaffiche Quand on sait