Au nom de la santé publique, un décret entend limiter le niveau sonore de la musique dans les lieux publics. Une mesure qui dénature les œuvres et va à l’encontre de la liberté de la création.

[Écho de la presse]

Lire la tribune publiée dans la page « Débats » sur le site de Libération.

Mais la liberté de création des uns peut-elle faire l’impasse sur la liberté de repos des autres ? Ce débat a déjà été abordé par Jean-Michel Lucas dans Profession Spectacle. Nous vous invitons à lire sa réflexion autrement plus exigeante : « Amoureux du jour vs Monde la nuit : la guerre des irréconciliables ? »