fbpx

Sélectionner une page

“McQueen” : documentaire sur un enfant terrible de la mode

“McQueen” : documentaire sur un enfant terrible de la mode
Publicité

Ian Bonhôte et Peter Ettedgui consacre un film à Alexander McQueen, créateur de mode britannique né le 17 mars 1969 (il aurait donc eu cinquante ans hier) et qui s’est suicidé le 11 février 2010 à Mayfair. Si la musique est un peu trop envahissante, voici un documentaire sage sur un créateur qui ne l’était pas.

.

Enfant terrible de la mode, Alexander McQueen a gravi à toute allure tous les échelons.

D’origine modeste, il a commencé en apprentissage dans les ateliers de Saville Row, se forme à Milan – sans parler un mot d’italien – puis à l’école Saint Martins de Londres. Il est remarqué par la journaliste et fashionista Isabella Blow qui avait déjà lancé Philip Tracy et qui restera son amie jusqu’à son suicide en 2007.

En 1995 sa collection « Le Viol de l’Écosse », où ses mannequins défilent dans des vêtements lacérés et déchirés, fait sensation. Bernard Arnault l’embauche pour succéder à John Galliano à la tête de Givenchy. Lee McQueen – qui s’était entre temps rebaptisé Alexander – et la troupe d’artistes bohèmes qui l’entourent y font sensation. La greffe ne prend pas et McQueen retraverse la Manche cinq ans plus tard.

Bourreau de travail, s’imposant à lui-même et imposant aux autres une tension hystérique, il multiplie les collections. Chacun de ses défilés, de plus en plus macabres et provocateurs, fait sensation.

Mais Alexander McQueen s’enfonce dans la drogue et dans la dépression. Sa carrière ressemble à celle de Amy Winehouse ou de Whitney Houston auxquelles des documentaires viennent d’ailleurs d’être consacrés. Très proche de sa mère, il ne supporte pas sa mort des suites d’une longue maladie. La veille de ses obsèques, il se pend.

Deux Britanniques, Ian Bonhôte et Peter Ettedgui, lui consacrent un documentaire. Sa facture est très classique. Les images d’archive alternent avec les interviews des proches de McQueen. La musique de Michael Nyman, aussi riche soit-elle, est un peu trop envahissante. Les créations de McQueen sont éblouissantes, notamment l’incroyable robe du Cygne en 1999 peinte par deux bras articulés entourant le modèle tournant sur une plateforme. Un happening délirant dont la vision suffit à elle seule à retenir l’intérêt d’un documentaire qu’on peut volontiers regarder en coupant le son.

Tony PARODI

 



Ian Bonhôte et Peter Ettedgui, McQueen, Grande-Bretagne, 2018, 111mn

Sortie : 13 mars 2019

Genre : documentaire

Classification : tous publics

Scénario : Peter Ettedgui

Photographie : Willard E Pugh

Musique : Michael Nyman

Montage : Cinzia Baldessari

Distribution : Le Pacte

En savoir plus sur le film avec CCSF : McQueen

Crédits photographiques : Ann Ray

.



Découvrir toutes nos critiques de films



Publicité

Laisser un commentaire

Soutenez le Mag’

100% indépendant, gratuit et sans abonnement ! Soutenez votre journal !

Restez informé !