Select Page

« My Wonder Women » : bondage bon enfant et badine badine

« My Wonder Women » : bondage bon enfant et badine badine
Advertisement

Récemment dévoilées par l’historienne américaine à Harvard, Jill Lepore (The Secret History of Wonder Woman, 2014), la vie et l’œuvre du professeur William Marston ont de quoi choquer les ligues de vertu.

Dans l’entre-deux guerres, il enseignait avec sa femme Elizabeth – que la misogynie des temps avait empêché de soutenir un PhD – la psychologie dans un collège de jeunes filles de la côte Est. Le couple inventa le détecteur de mensonges en 1922. Pour les aider dans leurs recherches, William et Elizabeth recrutent et séduisent la jeune Olive Byrne, nièce de Margaret Sanger, la fondatrice du féminisme moderne.

Réprobation sociale

Angela Robinson, My Wonder Woman (affiche)Mais les ragots vont bon train qui conduisent au renvoi de William désormais interdit d’enseigner et obligé de vivre de sa plume. C’est en puisant dans ses fantasmes que le professeur William Marston va alors inventer Wonder Woman, la super héroïne la plus célèbre de la bande dessinée, avec son body en lycra frappé aux couleurs de la bannière étoilée, son diadème, son lasso et ses bracelets pare-balles.

Le premier tiers du film n’est pas le plus réussi qui décrit les recherches scientifiques du couple Marston et leur rencontre avec la troublante Olive. On aurait pu nous épargner quelques scènes de détecteurs de mensonge où, comme de bien entendu, l’aiguille s’affole lorsque l’innocente jouvencelle s’entête à nier les sentiments qu’elle éprouve au contact du beau professeur et de sa séduisante épouse.

Il est beaucoup plus stimulant dans sa deuxième, où s’installe le « trouple », entre jeux érotiques raffinés, réprobation sociale et famille élargie (William aura deux enfants d’Elizabeth et deux d’Olive).

Inoffensif biopic et romantisme premier degré ?

Mais c’est sa troisième qui est la plus stimulante, pour les fans de bandes-dessinées comme pour les féministes, qui procède à une relecture de Wonder Woman, princesse grecque élevée au milieu des femmes dans le culte de Sappho, qui, pour l’amour d’un officier britannique, le suit dans l’Angleterre du « Blitz » et met ses super-pouvoirs au service de la lutte contre l’envahisseur nazi.

My Wonder Women a reçu un accueil public et critique mitigé qu’il ne méritait pas. Sous ses airs d’inoffensif biopic, il s’agit d’un film étonnamment transgressif, qui parle de triolisme et de sadomasochisme. Il le fait avec l’élégance qui caractérisait les personnages de l’époque, qu’on croirait tout droit sortis d’un épisode de Downton Abbey.

Il le fait sans aucune vulgarité. Il le fait surtout avec le romantisme très premier degré qui imprègne les bluettes sentimentales d’hier et d’aujourd’hui. « My Wonder Women » a le bondage bon enfant, la badine badine. L’effet est paradoxal. Les cyniques y verront de la niaiserie, les bégueules du vice pernicieux, les autres un éloge de l’amour libre et une ode au féminisme.

Tony PARODI

 



Angela Robinson, My Wonder Woman, États-Unis, 2017, 108mn

  • Sortie : 18 avril 2018
  • Genre : biographie
  • Classification : tous publics
  • Avec Luke Evans, Rebecca Hall, Bella Heathcote, Connie Britton, Monica Giordano, JJ Feild, Chris Conroy.
  • Distribution : LFR Films

En savoir plus sur le film avec CCSF : My Wonder Woman

Angela Robinson, My Wonder Woman, avec Luke Evans, Rebecca Hall, Bella Heathcote



Découvrir toutes nos critiques de films



 

Advertisement

Laisser un commentaire

Suivez-nous

Restez informé !

Rencontre avec Anne-Christine Micheu autour des droits culturels

R.O.C & Folk

dessin coupe du monde footballdessin_roc_johnny_heritage