fbpx

“Ni Brel Ni Barbara” : un hommage intelligent, entre imitation et création

“Ni Brel Ni Barbara” : un hommage intelligent, entre imitation et création
Publicité

Succès mérité du dernier Off d’Avignon, affichant salle comble tous les soirs sans interruption du premier au dernier jour alors qu’il s’agissait d’une création, Ni Brel ni Barbara associe avec talent le spectacle grand public, en s’appuyant sur deux monuments de la chanson française, et un questionnement de fond sur les liens entre imitation et création.

Cette critique a été écrite après la création, en 2019.
Le jeu de lumières et la mise en scène ont depuis évolué.

Comment renouveler un genre dominé, peut-être même écrasé par des géants tels que Barbara, Georges Brassens, Jacques Brel, Édith Piaf, Serge Reggiani et tant d’autres ? Nous parlons ici de cette chanson française qui allie un texte de qualité – par sa poésie, son propos, sa langue, son rythme – avec une musique harmonieuse et sensible. Les artisans actuels de la chanson à texte s’inscrivent plutôt dans la tradition des textes légers, souvent creux mais efficaces, et d’une musique sirupeuse, facile et entêtée. La qualité littéraire semble avoir passé de mode, ou plutôt s’être déplacée en d’autres genres musicaux tels que le rap.

Certains ne s’y font pas, s’inscrivant au contraire humblement, résolument dans ce courant en attente de ses voix contemporaines. C’est le cas de Laurent Brunetti et Mario Pacchioli, dont nous avions vu Pêcheurs de rêves il y a quelques années et qui ont créé, en juillet dernier à Avignon, un spectacle racontant leur réflexion au long cours.

Intéressant parcours que celui de ces deux garçons, comme un approfondissement successif de leurs racines profondes : Pêcheurs de rêve est un authentique récital auquel a été ajouté un saupoudrage de théâtralisation. Ni Brel ni Barbara n’est pas de la même trempe, même si l’unité des deux spectacles, comme deux versants d’une même montagne, d’un sommet commun qui est celui de la grande chanson française, frappe par son évidente résonance.

Leur nouvelle production relève davantage du théâtre musical, articulant harmonieusement le chant et le jeu d’acteurs, sans que ce dernier ne soit jamais déséquilibré. Nous retrouvons la qualité de chant ; nous découvrons un talent de comédien.

Mario Pacchioli se rêve en sosie de Barbara, rivé à un passé pour ne pas avoir à affronter le présent, la possibilité d’un échec, le risque d’être soi. Laurent Brunetti veut rendre hommage à son aîné, Jacques Brel, avec respect mais sans renier l’héritier qu’il est, débiteur et transmetteur, reconnaissant de ce qui lui a été donné et désireux de renouveler un genre riche de ses interprètes.

Tous deux veulent créer un spectacle autour de ces deux figures, de leur amitié, à partir de leurs chansons et de leurs paroles. C’est le récit de leurs répétitions, entre le piano et la machine à café, que nous suivons, entrecoupées de chants et de nombreuses capsules d’humour bien corsé. Nous rions souvent, écoutons beaucoup, chantons avec eux – du bout des lèvres afin de ne pas les déranger – parfois.

Imiter ou créer ? La question ne résonne pas uniquement dans le fait de reprendre leur accent propre ou leurs accessoires, mais jusque dans leur manière de revisiter la carrière des deux artistes, d’entremêler leurs expériences, voire leurs chansons – scène parmi les plus belles du spectacle.

Les amoureux de Brel et de Barbara ainsi que les enthousiastes de la chanson française trouveront dans ce spectacle le plus bel hommage possible, celui qui ne consiste pas à copier simplement le passé – comme nous le voyons trop souvent. Ni Brel ni Barbara est également une bonne introduction au précédent spectacle de Laurent Brunetti et Mario Pacchioli, qui propose un florilège de chansons originales, écrites par le premier, composées par le second.

Pierre MONASTIER

 



Spectacle : Ni Brel ni Barbara

Création : 13 juin 2019 à la Tache d’encre (Avignon)
Durée : 1h15
Public : à partir de 10 ans

Écriture : Laurent Brunetti et Mario Pacchioli – avec des textes et chansons de Jacques Brel et Barbara
Mise en scène : Rémi Deval
Avec Laurent Brunetti (chant) et Mario Pacchioli (piano, chant)
Lumières : Émilie Bourdelot
Direction artistique :
Mario Pacchioli
Compagnie : Les Monsieur Monsieur
Diffusion : Hélène Chapoulet Diffusion / +33 6 77 80 87 73 / helenechapoulet@gmail.com

Crédits photographiques : Philippe Hanula



Où voir le spectacle ?

Spectacle vu le 16 juillet 2019 au théâtre La Tache d’encre, Off d’Avignon.

– 2 février 2020 : Casino de Morges (Suisse)
– 14-15 février 2020 : La Factory // théâtre de l’Oulle, Avignon
– 4 avril 2020 : théâtre Atelier des Arts, Marseille
– 28-29 mai 2020 : espace culturel La Passade, Boudry-Neuchâtel (Suisse)
– 3 au 26 juillet 2020 : La Factory / Théâtre de l’Oulle à Avignon
– 29 novembre 2020 : Les Voix du Pic, Combaillaux – Hérault

Tournée : voir toutes les dates.
.



Découvrir toutes nos critiques de spectacles



 

Publicité

Trackbacks / Pingbacks

  1. “Ni Brel Ni Barbara” : un hommage intelligent, entre imitation et création - Les blogs du Mag' Profession Spectacle - […] Retrouver l’article original sur le site de Profession Spectacle. […]

Laisser un commentaire

Liens pratiques

NOUVEAUTÉ

lancement_le_cahier_pro_profession_spectacle_mag-dossier_juridique_social_pour_employeurs_spectacle

Soutenez le Mag’

100% indépendant, gratuit et sans abonnement ! Soutenez votre journal !

Newsletters

Les dessins de Caly

Caly Coronavirus Emmanuel Macron Nous sommes en guerre confinementCaly - Dessin année 2020dessin de Caly Franck Riester ministre tension avec les artistesBande Dessinée auteur festival Angoulême dessin CalyCaly - Joyeux Noël