Select Page

Région Sud Paca : Extrapôle, outil régional de production et de diffusion

Région Sud Paca : Extrapôle, outil régional de production et de diffusion
Advertisement

Pour soutenir la production et la diffusion de spectacles vivants, la région Sud Paca* a mis en place Extrapôle, doté d’un fonds régional. Une idée originale en France, dont elle souhaite faire la promotion.

Alors que s’ouvre le Festival d’Avignon, la région Paca tient à faire connaître les dispositifs qu’elle a mis en place pour la création et la diffusion de spectacles vivants. Car le but « est de se faire connaître des structures qui veulent coproduire et/ou accueillir des spectacles », nous explique Florian Laurençon, directeur général adjoint à la culture, au conseil régional de Provence-Alpes-Côte-d’Azur. « Nous avons désormais un catalogue de spectacles susceptibles de tourner, que nous souhaitons faire connaître, afin de multiplier leur capacité de diffusion et d’accès au public. Nous voulons que toutes les salles qui pourraient accueillir des spectacles soient au courant. Par ailleurs, il se trouve qu’Extrapôle a coproduit le spectacle de Thomas Jolly, Thyeste, qui fait l’ouverture du Festival d’Avignon dans la Cour d’honneur. »

La région Paca est l’une des plus dynamiques pour ce qui est des festivals d’arts vivants et de musique et la deuxième, après l’Île-de-France, pour l’attraction culturelle. Il existe néanmoins de grandes disparités au sein de cette vaste région dont certains départements sont moins bien lotis que d’autres, pour ce qui est du développement culturel.

Justement, « Extrapole est un mécanisme de redistribution, fondé sur le volontariat ». Son objectif est d’inciter à la production et à la diffusion d’œuvres dans toute la région et au-delà, même si les aides à la diffusion, étant régionales, sa cantonnent à la région.

Quelle nécessité ?

« C’est une opportunité supplémentaire, pour les artistes, de trouver des moyens de production, explique Florian Laurençon. Depuis une quinzaine d’années que je travaille dans l’accompagnement public, notamment du spectacle vivant, je constate que les artistes sont dans une forme de pénurie, car il leur est devenu extrêmement difficile d’accéder au sésame, à savoir un directeur de structure qui donne sa chance à l’artiste de créer son spectacle, puis qui l’accompagne jusqu’au public en prenant vraiment ses responsabilités. Il y a aujourd’hui des artistes émergents qui restent émergents toute leur vie, c’est-à-dire précaires, parce qu’ils attendent toute leur vie d’avoir enfin l’opportunité d’être produits en Avignon, ou au Théâtre de la ville… L’idée était d’avoir une plate-forme qui donne plus de transparence à la relation entre les artistes et les producteurs, ce qui ne prétend néanmoins pas résoudre tous les problèmes de la profession. »

Fonctionnement d’Extrapôle et Pôle Art de la Scène

Il s’agit de deux structures différentes. Pôle Art de la Scène est une initiative de la Friche Belle de Mai que soutient la région. Extrapôle est une initiative de la région, mais qui n’est pas sans lien avec la première. « Son pilotage a d’ailleurs été confié à la Friche Belle de Mai, considérant que c’était une expertise qui méritait d’être valorisée et sur laquelle la région avait tout intérêt à s’appuyer, étant fédératrice. Par ailleurs, elle répond à un désir proche qui est de réunir des moyens de production sur un territoire donné, permettant le financement de créations artistiques qui seraient définies en commun par des producteurs. »

L’Extrapôle est un outil innovant de financement public de la culture, plus particulièrement défini pour le spectacle vivant. Il s’agit d’une coopérative de production collective. Il prend la forme d’une plate-forme réunissant des producteurs publics, soit un certain nombre de structures « labellisées ou non, mais très fortement subventionnées par le denier public et ayant dans leur cahier des charges la mission de produire et coproduire des spectacles sur un territoire donné ». Ce sont notamment les missions des centres dramatiques nationaux ; nous en comptons deux dans la région, à Marseille et à Nice. Ils doivent consacrer une part significative de leur budget à la coproduction d’œuvres et de spectacles qui ne soient pas forcément celles de leur directeur ou directrice.

Trois conditions pour le déblocage des fonds

Extrapôle est ainsi un outil qui doit inciter ce genre de structures à redistribuer une partie des financements publics au bénéfice d’œuvres coproduites. « La région ne donne aucune mission. Seul le ministère de la culture y est autorisé. L’obligation de résultat est fixée par l’État et la région alloue les moyens. » Le fonds d’aide est doté de 300 000 euros. « Nous n’avons aucune influence sur les choix artistiques, esthétiques ou programmatiques des structures membres de l’Extrapôle. Nous fixons en revanche des conditions de fonctionnement pour le déblocage des fonds qui sont les suivantes. Primo : aucune autoproduction. Deuxio : le minimum requis est de trois producteurs sur chaque œuvre. Tertio : l’apport en coproduction de chaque structure doit être significatif. Si tout cela est réuni, la région finance 50 % du projet. »

Mais tout cela ne suffit pas, car le but est également d’assurer la diffusion des œuvres. « Nous faisons en sorte de ne pas produire d’œuvres qui aient une durée de vie trop courte. » Ainsi doit se trouver parmi les coproducteurs un chef de file qui prenne en charge la production et la diffusion déléguée, afin que les artistes soient accompagnés et promus. « Les deux destinataires de l’outil sont les artistes et le public. Celui qui habite à Gap ou à Briançon a ainsi plus de chances de pouvoir assister à la représentation du spectacle de Tiago Rodriguez, Sopro. Créé au festival d’Avignon mais coproduit par Extrapôle, il peut être représenté dans toutes les salles de la région et de France. Nous incitons les structures de diffusion qui n’auraient pas les moyens de coproduire ni d’acheter ces spectacles, en prenant à notre charge les frais d’approche. Nous considérons que les conditions d’une bonne diffusion d’un spectacle se réunissent dès la production. »

Matthieu de GUILLEBON

Correspondant Provence-Alpes-Côte-d’Azur

* La région Paca a été rebaptisée région Sud par le conseil régional. Aucun décret n’a cependant été signé prenant acte de ce changement de nom, ainsi que l’a rappelé le préfet de région au président de la région.



Photographie de Une – Sopro de Tiago Rodriguez (© Christophe Raynaud de Lage)



 

Advertisement

Laisser un commentaire

Suivez-nous

Restez informé !

Rencontre avec Anne-Christine Micheu autour des droits culturels

R.O.C & Folk

dessin coupe du monde football dessin_roc_johnny_heritage