Alors que le confinement dû à la crise sanitaire du Covid-19 se poursuit, le ministère de la Culture a lancé l’opération #culturecheznous, un portail numérique destiné à mettre en lumière l’exceptionnelle richesse de son offre numérique ainsi que celle de ses opérateurs. Cette semaine, retrouvez quatre ressources sur le spectacle vivant.

Communiqué

Accéder aux productions de l’Opéra national de Paris

En ces temps de confinement, l’Opéra national de Paris fait une proposition qui ravira tous les amateurs d’art lyrique : découvrir ou redécouvrir quelques-unes des créations emblématiques de l’institution. En ce moment, on peut revoir trois spectacles, Giselle, Les Indes galantes et Don Giovanni, une nouvelle – et passionnante – production dirigée par Philippe Jordan et mise en scène par Ivo van Hove, qu’on peut suivre dans une captation audiovisuelle assurée par France Télévisions et diffusée de façon concomitante sur Culturebox. Suivront, les semaines à venir, d’autres pièces majeures du répertoire : Le Lac des cygnes, le Barbier de Séville, les Contes d’Hoffmann ou Carmen.

Cette offre exceptionnelle, que l’Opéra de Paris met gratuitement à la disposition de tous, réalisant ainsi l’une de ses missions cardinales, ce n’est pas la seule pépite qu’on peut glaner sur son site : des visites virtuelles du Palais-Garnier et de l’opéra Bastille ou une offre très riche de médiation, notamment pour le jeune public, complètent la navigation. L’internaute pourra aussi y découvrir un autre pan de l’activité de l’opéra : la « 3e scène ». Cet espace de liberté, véritable prolongement expérimental, propose de porter un autre regard sur le répertoire lyrique et chorégraphique. Résultat ? Un catalogue décapant de vidéos, dont les auteurs se nomment Mathieu Amalric, Bret Easton Ellis, Xavier Veilhan, Abd el Malik ou Bertrand Bonello. À ne pas manquer : le somptueux Couronnement de l’écrivain Jonathan Littell, évocation capiteuse du Couronnement de Pompée de Monteverdi.

En savoir plus : Opéra de Paris
.

Entendre le théâtre avec le site de la BnF

Avec « Entendre le théâtre », un site conçu par la Bibliothèque nationale de France, on ne quitte pas la voix. Ce n’est plus de performance vocale dont il s’agit ici (encore que…), mais de la singularité extrême – et la profonde étrangeté – de la voie nue. Pour évoquer cet univers fascinant, la BnF, qui a puisé dans ses archives sonores exceptionnelles – et souvent inédites -, a fait de ces voix le véritable fil rouge d’un site internet et d’une déclinaison en sept épisodes pour le jeune public. L’ambition de ces propositions ? Retracer les évolutions de la voix dans la pratique théâtrale du XXe siècle. Et des évolutions, il y en a eues, de Louis Jouvet à Gérard Philipe, d’Antonin Artaud au Père Ubu, des chanteuses de cabarets aux grandes figures de l’avant-garde théâtrale.

Prenons Artaud. Depuis ses débuts, l’auteur du Théâtre et son double a placé le corps, donc la voix, au cœur de sa démarche artistique. Nul n’a oublié son extraordinaire performance d’acteur dans le Napoléon d’Abel Gance, où il incarne à l’écran un Marat halluciné. En 1946, revenu de tout, et notamment de dix années d’internement, il enregistre pour la Radiodiffusion française, dirigée par le poète Jean Tardieu, deux textes que ce dernier lui a commandés : Les malades et les médecins et Aliénation et magie noire. C’est une onde de choc. La France découvre, entre fascination et sidération, une autre façon, radicale, de dire la poésie. Avant sa mort, en 1948, il signe un ultime chef d’œuvre, Pour en finir avec le jugement de dieu, sorte de symphonie inouïe, avec vociférations, cris, voix additionnelles (le comédien Alain Cuny) et xylophonies. C’est cette expérience exceptionnelle que les extraits audio de « Entendre le théâtre » nous permettent de revivre.

En savoir plus : Bibliothèque nationale de France
 .

Retrouver des parcours d’artistes avec ARTCENA

Opérateur du ministère de la Culture, ARTCENA a pour mission première d’aider les professionnels des arts de la rue, du cirque et du théâtre à mettre en œuvre leurs projets. Une mission essentielle, qui nécessite un accompagnement technique, juridique ou international particulièrement précieux. Pourtant, le site d’ARTCENA se distingue d’un site exclusivement professionnel. Mettant à profit le positionnement original d’ARTCENA, il met en lumière, grâce à une attention pointue à l’actualité artistique, la démarche d’artistes singuliers, à travers reportages, portraits ou interviews, mais aussi d’initiatives originales, constituant en définitive un fonds “in progress” qui donne un éclairage unique sur la création contemporaine.

À l’occasion de l’opération #culturecheznous, ARTCENA propose de revenir sur ce fonds pas suffisamment connu du grand public. D’abord, en revisitant son fonds de vidéos originales. C’est ainsi qu’on pourra revoir – entre autres – Yvonne, princesse de Bourgogne sur château toboggan, d’Édith Amsellem, l’adaptation provocatrice de la comédie de Gombrowicz, qui propulse les ducs de Bourgogne sur une aire de jeux pour enfants de Châtillon… Un dossier pédagogique ainsi qu’un entretien vidéo avec la metteuse en scène, complètent ce spectacle cruel et réjouissant. Autre façon de réviser ses classiques, on ne résistera pas à la proposition que fait le théâtre de l’Odéon de revisiter trois pièces de Molière, L’école des femmes, Tartuffe et Le misanthrope, mis en scène par Stéphane Braunschweig. À voir et à revoir.

En savoir plus : ARTCENA
.

Découvrir le monde de la danse avec Numeridanse

« Quoi ? Vous ne connaissez pas le King of the funk ? » Interloquée, la professeur de danse retire ses lunettes de star et interpelle l’internaute qui a rejoint « la cabane de la danse de Karla Pollux » pour un cours de danse en ligne. La suite de ce cette vidéo, on la connaît. En 6 mn 41, Karla, de la compagnie De Fakto, alias Brownie Brown, va expliquer au jeune public, pas de danse et mouvements à l’appui, comment danser sur “Sex Machine” de James Brown (oui, le « King of the funk », c’est lui). Dans ce tuto hilarant, tout est enthousiasmant. Karla, en Américaine au charisme irrésistible. La mise en scène d’une efficacité minimale (inutile d’en rajouter). Les pas de danse, félins et souples. Et – cerise sur le gâteau – le « funky bouboule », un déhanché suave signé Karla. On en redemande.

Ce tutoriel est l’une des 3496 ressources présentées sur Numeridanse, un remarquable site conçu par la Maison de la danse, à Lyon, en partenariat avec le Centre national de la danse, l’opérateur du ministère de la Culture. Son objectif : rassembler un fonds vidéo unique, allant de la captation de spectacles à des documentaires, en passant par des interviews, reportages, fictions, qui porte sur toutes les formes de danse, du classique au contemporain, en passant par les danses traditionnelles, le hip-hop, le tango, la flamenco, le buto… Résultat : des contenus multimédia particulièrement variés (webdoc, exposition virtuelle, web série, parcours multimédia…) qui offrent une formidable opportunité de découvrir le monde de la danse et un site ressource incomparable pour l’éducation artistique et culturelle.

En savoir plus : Numeridanse
.

Source : ministère de la Culture

.