Sélectionner une page

« Vierges » : conflit générationnel sur une plage

« Vierges » : conflit générationnel sur une plage
Publicité

Lana a seize ans et elle s’ennuie à Kiryat-Yam, une station balnéaire sans âme, à une encablure de Haïfa, dans le bar glauque que sa mère Irena, immigrée russe de fraîche date, a racheté sur le front de mer. L’arrivée de Tamar, une lointaine cousine, âgée de six ans à peine, qu’elle a la charge de surveiller, concourt à l’accabler.

Keren Ben Rafael, film Vierges, afficheUn vieux client du troquet prétend avoir vu une sirène dans le bateau qui jadis l’emmena en Israël. Sans chercher malice, Lana colporte cette légende à Tchipi, un journaliste échoué dans le coin. Celui-ci en fait pour Haaretz une brève qui, de fil en aiguille, place la paisible villégiature sous les feux de l’actualité.

Vierges est le premier long métrage de la jeune réalisatrice Keren Ben Rafael. Il tient la corde raide entre le fantastique fantasmé (cette sirène qu’on sait chimérique mais dont on attend tout au long du film l’apparition) et le réalisme le plus trivial du quotidien de ces trois femmes : une adolescente mal dans sa peau, une gamine abandonnée de tous, une mère en pleine crise de la quarantaine.

Le personnage de Lana est au centre du film. Ce n’est pourtant pas le plus intéressant  qui répète celui, déjà mille fois filmé, de l’ado rebelle, pressée de perdre sa virginité pour enfin rentrer dans le monde des adultes. Elle le fera dans les bras d’un séduisant journaliste au risque de briser le cœur d’un ami d’enfance qui se consumait d’amour pour elle.

Le personnage de Irena (Evgenia Dodina) est autrement plus riche. Cette – belle – femme sent la vie lui glisser entre les doigts dans un bar qu’elle a racheté en se couvrant de dettes mais qu’elle ne parvient pas à faire prospérer, la faute à une promenade, construite par la mairie, qui attire les rares touristes loin de son établissement.

Le père de Lana a disparu depuis longtemps. Irena couche de temps en temps avec le maire, malgré le lourd passif qui les oppose. Son désarroi et l’énergie qu’elle met à en venir à bout sont l’occasion des plus passages de ce film inabouti mais prometteur.

Tony PARODI

 



  • Sortie : 25 juillet 2018
  • Genre : drame
  • Titre original : Ein Betulot Bakraiot
  • Classification : tous publics
  • Avec : Joy Rieger, Evgenia Dodina, Michael Aloni, Manuel Elkaslassi Vardi, Rami Heuberger
  • Scénario : Keren Ben Rafael et Elise Benroubi
  • Image : Damien Dufresne
  • Montage : Daniel Avitzur, Frederic Baillehaiche
  • Musique : Renaud Mayeur
  • Distribution : Pyramide Films

En savoir plus sur le film avec CCSF : Vierges

Keren Ben Rafael, Vierges, film, avec Evgenia Dodina



Découvrir toutes nos critiques de films



 

Publicité

Laisser un commentaire

Soutenez le Mag’

100% indépendant, gratuit et sans abonnement ! Soutenez votre journal !

Restez informé !

Facebook

A découvrir