Select Page

19 mars 1859 : Charles Gounod invente la Castafiore

19 mars 1859 : Charles Gounod invente la Castafiore
Advertisement

Instant classique – 19 mars 1859… 159 années jour pour jour. Contrairement à une idée très répandue parmi ceux qui s’intéressent à l’art lyrique, le fameux Faust de Charles Gounod – qui tenait encore il y a peu la première place des opéras les plus joués au monde – n’est pas une adaptation directement inspirée de Johann Wolfgang von Goethe.

Le livret est puisé dans la pièce d’un des deux habituels librettistes de Charles Gounod, Michel Carré, Faust et Marguerite, que le complice de celui-ci, Jules Barbier, a transformé en texte pour l’opéra.

Au théâtre-lyrique, le directeur – le célèbre Léon Carvalho – hésite, puisque l’Opéra de Paris avait écarté le projet. Et pourtant, Charles Gounod, en besogneux appliqué, avait progressé dans son travail, achevé au printemps 1858.

Lorsque, enfin les répétitions sont lancées, les ennuis continuent pour le fragile compositeur (qui sortait d’une violente dépression). Léon Carvalho lit la partition avec de gros ciseaux, une corbeille à papiers et un tube de colle… On avait choisi un ténor qui chantait comme une crécelle, puis, pour le remplacer, le vieux Jules Barbot.

La création est un triomphe, jamais démenti depuis, repris partout et usé nulle part, malgré ses longueurs et ses invraisemblances (les ciseaux de Carvalho ont fait quelques dégâts). Flairant le bon coup, d’ailleurs, l’éditeur Choudens acheta les droits pleins et entiers de l’œuvre pour la France et la Belgique quelques semaines après la première, sans vraiment couvrir Charles Gounod d’or… C’est bien Choudens qui fit fortune…

Ce n’est sans doute pas par hasard si l’œuvre est devenue la bête noire des contempteurs de l’art lyrique, à force de la rabâcher. L’un – dit-on – des plus célèbres réfractaires à l’opéra, Hergé, mit donc dans la bouche de l’insupportable Bianca Castafiore le fameux air des bijoux que tout le monde connaît pour le lire dans les aventures de Tintin…

Mais qui l’a déjà entendu, ce si célèbre « ah, je ris de me voir si belle en ce miroir » ? Le voici ici, avec quelques petits effets, non pas dans la voix qui décoiffait le capitaine Haddock, mais plutôt celle de Monserrat Caballé qui, réflexion faite, aurait très bien pu inspirer le personnage…

Cédric MANUEL



À chaque jour son instant classique !
Rubrique : « Le saviez-vous ? »



Photographie de Une – Détail de la couverture « Les bijoux de la Castafiore » (éditions Moulinsart)



 

Advertisement

Laisser un commentaire

Suivez-nous

Restez informé !

Rencontre avec Anne-Christine Micheu autour des droits culturels

Nous soutenons …

affiche barcelone en scene à paris theatreaffiche Quand on sait