Select Page

Rencontres de la scénographie : plongée au cœur du processus de création

Rencontres de la scénographie : plongée au cœur du processus de création
Advertisement

L’Union des scénographes organise, aux Ateliers Berthier, les premières Rencontres européennes de la scénographie, les 27 et 28 octobre prochains. Au programme, une exposition à la mairie du XVIIe arrondissement de Paris, sept tables rondes avec des personnalités du spectacle vivant et d’autres arts proches, des rencontres, une librairie… Gratuites et ouvertes à tous, ces Rencontres sont destinées à un large public. Présentation de cette initiative unique.

« Nos ambitions sont d’accompagner la réflexion des scénographes jusqu’à la quadriennale de Prague, en juin 2019 », explique Gilone Brun, scénographe et vice-présidente de l’Union des scénographes (UDS). L’un des enjeux, déjà relevé le mois dernier par Profession Spectacle, est d’aboutir progressivement à la reconnaissance du scénographe comme auteur, et non seulement comme technicien. « Les rencontres européennes de la scénographie sont aussi un moyen pour nous de rendre visible cette profession et de revendiquer le statut d’auteur qui n’est à ce jour pas encore acquis en France. »

À la charnière du spectacle vivant

« La scénographie est placée à une charnière qui lui permet d’avoir un regard particulier sur notre relation à la technique, fait observer Luc Boucris, vice-président de l’UDS et professeur émérite de l’Université de Grenoble. La technique est une pratique éminente et, par bien des côtés, créative. On peut être créateur sans être technicien ; on peut être technicien sans être créateur. Mais le mouvement général du monde aujourd’hui, c’est la technique suscite la création et la création revient vers la technique en permanence. » Le scénographe est le témoin privilégié de ce va-et-vient.

Plus largement, ces premières Rencontres européennes de la scénographie visent non seulement à présenter les différents champs du métier, mais également à dresser un état des lieux des pratiques actuelles. C’est que le métier est en constante évolution.

Il existe des passerelles entre la scénographie du spectacle vivant et la scénographie d’exposition, comme le montrent des artistes tels que Guy-Claude François et Raymond Sarti. Sans parler des passerelles qui existent avec l’architecture. « Nous assistons aujourd’hui à un mouvement général d’hybridation des arts, sans perte de l’identité propre à chaque art, sous peine de confusion, confirme Luc Boucris. À travers ces problématiques, il y a la question du contemporain : qu’est-ce que nous sommes en train de fabriquer et dans quelles perspectives nous plaçons-nous ? » C’est notamment à cette question que veulent répondre ces rencontres.


Lire aussi
Les scénographes revendiquent le statut d’auteur, et non de technicien


Le processus de création au cœur de la réflexion

Le lieu n’est évidemment pas choisi par hasard : les Ateliers Berthier, appelés à devenir, à l’horizon 2022, la Cité du Théâtre. Les sept tables rondes organisées cherchent, selon Gilone Brun, « à ouvrir le champ à toutes les collaborations du scénographe, qui est le pivot entre la mise en scène, la dramaturgie, le texte, la création lumière, l’espace sonore et tous les aspects plus techniques ».

D’où le titre de ces premières Rencontres européennes : « De la maquette au plateau » – qui a par ailleurs donné le thème de la première table ronde. « Elle intervient en premier parce qu’elle met en exergue le processus de création, souligne Luc Boucris. Or cette question est au cœur de la réflexion. Tout processus de création suppose un travail de mise en commun, avec les interventions du metteur en scène, d’éclairagistes, de techniciens… La maquette symbolise tout ça. »

Les tables rondes suivantes porteront sur les rapports qu’entretient le scénographe avec la ville, avec les machineries et les nouvelles technologies, avec l’espace, avec d’autres métiers qui nécessitent des collaborations récurrentes…

Scénographe de l’espace

La délicate relation entre le scénographe et l’espace sera également abordée, lors de la quatrième table ronde intitulée « Quand l’espace est premier ». « Il s’agit de considérer l’espace comme liminaire à la création du spectacle, explique Véronique Lemaire, rédactrice en chef de la revue Études Théâtrales et coordinatrice de ce débat. Les scénographes réunis à cette table ronde ont travaillé, pour certains de leurs spectacles, à partir d’un espace qui a ensuite insufflé l’improvisation des acteurs, l’écriture du spectacle… Cela n’élimine pas la question de la maquette, curieusement, car celle-ci réapparaît à un autre moment du processus. C’est intéressant parce que c’est un travail à rebours de la chronologie plus classique : texte, metteur en scène, scénographe, acteurs… Ici, le processus est renversé. »

L’ultime table ronde réunira les quatre scénographes qui, aujourd’hui, dirigent des institutions majeures : Stéphane Braunschweig (Odéon), Éric Ruf (Comédie-Française), Philippe Quesne (Les Amandiers à Nanterre) et Daniel Jeanneteau (T2G à Gennevilliers). Ce sont ainsi près d’une cinquantaine de professionnels qui interviendront successivement, parmi lesquels Anna Vibrock, Marketa Fantova, Aurélien Bory, Jaco Van Dormael, Peter Missotten…


Lire aussi
Agathe Sanjuan : « la scénographie est une véritable vision du texte »


Lieu de la représentation et représentation du lieu

« Outre le processus de création, le fil de ces différentes manifestations consiste à examiner le va-et-vient entre le lieu de la représentation et la représentation du lieu, raconte Luc Boucris. C’est ce qui se passe dans tous les théâtres du monde : il y a un espace situé, réel, au sein duquel il faut fabriquer quelque chose d’autre, une représentation. »

Ces rencontres proposeront enfin une librairie exhaustive sur le sujet, ainsi qu’une exposition à la mairie du XVIIe arrondissement, du 26 octobre au 3 novembre, qui donnera à voir quinze projets – maquettes d’études ou finalisées, dessins, esquisses… – d’artistes : cinq d’étudiants de l’école d’architecture, cinq d’étudiants de l’université Paris III, et cinq de professionnels. À noter la réédition du Petit traité de scénographie de Marcel Freydefont, paru il y a dix ans et depuis longtemps épuisé. Marcel Freydefont, mort le 1er juillet 2016, était un membre fondateur de l’Union des scénographes, à l’initiative des Rencontres européennes de la scénographie.

Pierre MONASTIER

Téléchargez le programme des Rencontres européennes de la scénographie.



Photographie de Une – Carl Fillion, scénographie du « Ring » de Wagner,
mise en scène de Robert Lepage au Metropilitan de New York (© Ken Howard Photo).



 

Advertisement

Laisser un commentaire

Suivez-nous

Restez informé !

Rencontre avec Anne-Christine Micheu autour des droits culturels

R.O.C & Folk

dessin coupe du monde footballdessin_roc_johnny_heritage