Select Page

10 octobre 1935 : Gershwin et son opéra à Broadway (ou l’inverse)

10 octobre 1935 : Gershwin et son opéra à Broadway (ou l’inverse)
Advertisement

Instant classique – 10 octobre 1935… 83 années jour pour jour. George Gershwin avait découvert le roman d’Edwin du Bose Heyward, Porgy, dès sa sortie en 1926. Immédiatement, le projet de mettre l’œuvre, devenue pièce de théâtre, en musique naquit dans l’esprit de Gershwin, qui en aurait bien fait son premier « vrai » opéra.

Quelques années plus tard, c’est une comédie musicale qui fut imaginée, faute d’accord avec le Metropolitan Opera, qui lui avait pourtant commandé un opéra. George Gershwin, sollicité par l’écrivain, ne pouvait se déplacer de New York pour aller à Charleston où résidait Heyward et c’est le frère de George, Ira Gershwin, qui joua les intermédiaires – et le co-librettiste – dans la correspondance qui s’ensuivit.

Enfin, en 1934, Gershwin put séjourner à Charleston, où il s’imprégna des rythmes jazzy et des gospels qui abondent dans cet opéra d’un nouveau genre, devenu Porgy and Bess.

C’est un baryton-basse lyrique, Todd Duncan, qui créa le rôle de Porgy au théâtre Alvin de New York et une étudiante de la Julliard School, Anne Brown, celui de Bess. L’œuvre, considérablement révisée, ne connut d’abord pas vraiment le succès, lequel n’éclata qu’après la mort de George Gershwin.

Les premières versions intégrales ne parurent que quarante ans plus tard (la première sous la direction de Lorin Maazel en 1975) ; Simon Rattle en donna une version selon une nouvelle édition critique à la fin des années 1980, dont est tiré ce film en play-back, un peu kitsch, mais qui souligne la formidable énergie et le sens mélodique d’une œuvre qui fut beaucoup critiquée et même injustement vilipendée.

Cédric MANUEL



À chaque jour son instant classique !
Rubrique : « Le saviez-vous ? »



 

Advertisement

Laisser un commentaire

Suivez-nous

Restez informé !

Rencontre avec Anne-Christine Micheu autour des droits culturels

Nous soutenons …

affiche barcelone en scene à paris theatreaffiche Quand on sait