Select Page

10 septembre 1838 : Hector Berlioz et le naufrage de « Malvenuto Cellini »

10 septembre 1838 : Hector Berlioz et le naufrage de « Malvenuto Cellini »
Advertisement

Instant classique – 10 septembre 1838… 180 années jour pour jour. En 1834, Hector Berlioz entreprend d’écrire un opéra comique, après avoir déjà renoncé plusieurs fois à composer une œuvre lyrique.

Il avait découvert les Mémoires du célèbre sculpteur Benvenuto Cellini et demandé à Barbier et de Wailly d’en tirer un livret. Le directeur de l’Opéra-Comique rejette le projet aussitôt. Il faut dire que Berlioz compte alors nombre d’ennemis de sa personne et de sa musique. Charles Duponchel, le nouveau directeur de la salle le Peletier, siège de l’Opéra de Paris, accepte le livret à condition de ramener l’œuvre de quatre à deux actes et de retirer les dialogues parlés.

Hector Berlioz compose la partition sur deux années et les répétitions, difficiles, durent six mois, au milieu desquels il tente de se porter candidat à la reconstruction et à la direction du théâtre des Italiens qui venait de brûler, ce qui provoque une cabale violente contre lui.

Berlioz revient donc à son opéra dont la création, repoussée au 10 septembre 1838, voici donc 180 ans, est un désastre. Seule la merveilleuse ouverture est acclamée, mais « on siffla tout le reste avec un ensemble et une énergie admirables », comme le raconte Berlioz lui-même.

Œuvre incomprise, parfois aujourd’hui encore où elle est malheureusement rarement donnée, elle a donné lieu tout de suite à l’une des caricatures les plus célèbres du compositeur par Benjamin qui, au-dessous d’un dessin représentant la scène de l’Opéra façon théâtre de marionnettes sur lequel un Berlioz échevelé compose et joue de plusieurs instruments en même temps, écrit : « Grrande (sic) représentation extraordinaire de MALVENUTO CELLINI avec pasquinades littéraires et arlequinades musicales… À la fin de la parade, une grrande (sic) statue sera coulée… l’auteur aussi ».

Quoi de plus symbolique, pour illustrer l’amère désillusion de Berlioz, que l’air « Seul pour lutter, seul avec mon seul courage… », suivi du célèbre « Sur les monts les plus sauvages », ici chantés par Nicolaï Gedda dans la version insurpassée de Colin Davis.

Cédric MANUEL



À chaque jour son instant classique !
Rubrique : « Le saviez-vous ? »



 

Advertisement

Laisser un commentaire

Suivez-nous

Restez informé !

Rencontre avec Anne-Christine Micheu autour des droits culturels

Nous soutenons …

affiche barcelone en scene à paris theatreaffiche Quand on sait