12 juillet 1811… 210 ans jour pour jour – Âgé de 14 ans, Franz Schubert compose une petite ouverture, empreinte d’une certaine gravité et même un peu dramatique, pour sa famille : il existe en effet un quatuor familial !

Dans la famille de Franz Schubert, la musique tient beaucoup de place. Il existe d’ailleurs un quatuor familial pour lequel le jeune homme écrit plusieurs partitions.

Ferdinand, frère aîné de Franz, raconte comment cela se passe : « C’était pour son père et ses frères aînés un délice absolu de jouer avec lui des quatuors. C’était le plus souvent pendant les mois de vacances. Le plus jeune d’entre nous était aussi le plus sensible. Lorsque survenait une faute, lui qui était encore si petit fixait en plein visage le coupable, soit tout à fait sérieux, soit souriant. Si le père, qui jouait le violoncelle, faisait une faute, il ne disait rien tout d’abord, mais si la faute se répétait, il disait alors, tout timide et riant : « Monsieur mon père, il doit y avoir une faute ici », et le bon père acceptait volontiers de recevoir de lui une leçon. Dans ce quatuor, Franz tenait toujours l’alto, son frère Ignaz le deuxième violon, Ferdinand le premier violon« .

C’est donc pour cet ensemble, sans doute augmenté d’un ami de passage, que Franz Schubert achève le 12 juillet 1811 (il a alors à peine quatorze ans) cette petite ouverture, originellement pour quintette à cordes. Il dédie d’ailleurs cette partition à son frère Ferdinand, qu’il aime particulièrement. L’ensemble est pourtant empreint d’une certaine gravité et même un peu dramatique.

L’œuvre a été adaptée pour de petits ensembles. En voici un plus proche de la structure initialement attendue, douze jeunes musiciens qui jouent ce petit bijou admirablement.

Cédric MANUEL



À chaque jour son instant classique !
Rubrique : « Le saviez-vous ? »