Instant classique – 12 novembre 1819… 201 ans jour pour jour. Franz Schubert compose, avec ces trente-six danses de moins d’une minute, sa « musique de tous les jours » : une œuvre aux accents enfantins, remplie d’innocence.

Voici deux cent un ans pile, un manuscrit autographe de Franz Schubert indique que ce dernier achève neuf danses qu’il intégrera dans un ensemble de trente-six, classées à l’opus 9 et, selon le fameux catalogue Deutsch, au D365.

Les danses de ce 12 novembre 1819 vont de la cinquième à la treizième. Elles ont toutes la même tonalité et sont très brèves, d’une grande simplicité mélodique. C’est ce que Brigitte et Jean Massin appellent, dans leur biographie monumentale du compositeur, « la musique de tous les jours » de Schubert. Pour la peine, je vous offre les trente-six, puisqu’il est difficile d’isoler les numéros cinq à treize et que chaque danse dure moins d’une minute.

Les trente-six seront publiées chez Diabelli en tant que Premières valses. Les numéros cinq à treize de ces danses sont des « danses allemandes ». L’ensemble a été écrit entre 1816 et 1821. Schubert écrira encore de nombreuses danses dans sa courte vie.

Il y a quelque chose d’enfantin et d’innocent dans cette musique qui semble si facile, comme si Schubert avait besoin de nous apparaître encore plus humain, plus proche de nous. Mais je vous l’ai déjà dit, Schubert, c’est l’ami de tous les moments de la vie.

Cédric MANUEL

 



Un jour… une œuvre musicale !
Parcourez notre éphéméride