2 mai 1896… 125 ans jour pour jour – Fauré compose sa quatrième et dernière valse-caprice, pleine d’humour et de fantaisie, jusqu’à l’étourdissement final et pourtant poétique.

Les valses-caprices de Gabriel Fauré sont des petites pièces dont le nom indique assez bien l’esprit et même la verve (non, Fauré n’est pas qu’un compositeur alangui). Il en existe quatre composées sur une dizaine d’année.

Voici cent vingt-cinq ans, la dernière est créée à la Société nationale de musique par Léon Delafosse. Elle est dédiée à l’épouse de Max Lyon (ne me demandez pas de qui il s’agit) et avait été composée entre 1893 et 1894.

Elle comporte quatre thèmes qui se mélangent joyeusement avec humour et fantaisie, comme si cette valse-caprice était faite pour l’abandon, jusqu’à l’étourdissement final et pourtant poétique. La voici par Jean-Philippe Collard.

Cédric MANUEL

 



À chaque jour son instant classique !
Rubrique : éphéméride