3 mai 1969… 52 ans jour pour jour – Chostakovitch compose l’une de ses plus grandes œuvres, sa sonate pour violon. Elle est créée publiquement par le violoniste David Oistrakh et le pianiste Sviatoslav Richter. Un enregistrement historique et insurpassé, dont nous pouvons encore profiter aujourd’hui.

En 1967, Dimitri Chostakovitch présente au grand violoniste David Oistrakh tout un concerto pour violon, son deuxième, afin de célébrer les soixante ans du virtuose. Mais voilà, Oistrakh est né en… 1908. Un peu trop tôt donc. Alors le compositeur, sans se démonter, propose une autre partition un an plus tard. C’est la sonate pour violon, l’une de ses dernières grandes œuvres.

Elle est en trois mouvements, très vastes – surtout le dernier – et si elle débute par une série dodécaphonique (langage que Chostakovitch conserve tout au long de l’œuvre), n’en reste pas moins très reconnaissable dans son style, mystérieux, presque inquiétant, ironique voire grinçant. Chostakovitch rend hommage à Alban Berg et au concerto à la mémoire d’un ange. Dans le second mouvement, c’est la violence, la lutte, qui dominent, avant de développer dans le dernier une vaste passacaille très stricte, qui fait penser à Bach dans son sévère agencement.

L’œuvre est créée en privé devant l’union des compositeurs soviétiques le 8 janvier 1969, mais c’est le 3 mai suivant qu’elle est présentée en public. J’ai choisi plutôt cette date pour célébrer cette partition souvent assez hypnotique car il existe l’enregistrement de cette création, dans la petite salle du Conservatoire de Moscou. Il y a donc là le violon souverain de David Oistrakh, accompagné par rien moins que Sviatoslav Richter au piano (c’était Moïse Vainberg en janvier)… Il y a donc fort à parier que le compositeur se trouve dans la salle, même s’il a passé les deux premiers mois de 1969 à l’hôpital, frappé par une de ses nombreuses crises cardiaques. Voici donc cet enregistrement historique et, il faut le dire, insurpassé.

Cédric MANUEL



À chaque jour son instant classique !
Rubrique : éphéméride