Instant classique – 20 mai 1832… 188 ans jour pour jour. Ce 20 mai 1832, Frédéric Chopin participe à un concert de bienfaisance organisé dans la petite salle du Conservatoire de Paris par Napoléon-Joseph Ney, le fils du maréchal d’Empire, prince de la Moskowa.

C’est le second concert de Frédéric Chopin à Paris depuis qu’il s’y est installé, lui qui ne pensait y faire qu’un passage sur la route de Londres. Le premier n’est pas très ancien : devant le tout Paris musical, rue Cadet, le 25 février précédent, il avait enflammé les salons Pleyel avec son concerto pour piano en mi mineur, classé premier de ses deux concertos alors qu’il l’a terminé après l’autre. Il habite alors un petit deux-pièces 27 boulevard Poissonnière (l’immeuble existe toujours), et déménagera peu après le concert pour s’installer 4, cité Bergère pour quelques mois.

Au Conservatoire, le public fait un triomphe au virtuose qui lance ce jour-là pour de bon sa carrière, y compris celle de professeur, puisqu’il commencera à donner des cours particuliers (on l’a oublié, mais il était aussi un excellent pédagogue).

Voici donc ce fameux allegro maestoso du concerto en mi mineur, déjà révélé en février. Je ne vous ai pas trouvé n’importe quelle interprétation pour célébrer cet anniversaire. Voici en effet un extrait du célèbre concert donné au Concours international de piano Frédéric Chopin en 1965, celui où Martha Argerich, vingt-quatre ans, remporte pas moins de trois prix : le premier, celui du jury et celui de la meilleure interprétation des mazurkas.

L’orchestre est ici dirigé par Witold Rowicki, chef de grande classe aujourd’hui un peu oublié, à la tête de l’orchestre philharmonique de Varsovie, dont il est alors le directeur musical.

Cédric MANUEL



Un jour… une œuvre musicale !
Rubrique : « Le saviez-vous ? »