21 décembre 1879 : la ronde de Bruckner

Publicité

Peu intéressé par la musique de chambre, Bruckner a pourtant écrit un quintette de très bonne facture. Une œuvre qui mérite un coup d’oreille par sa séduction dansante…

Anton Bruckner n’a quasiment pas composé pour la musique de chambre, trop occupé à parler à Dieu ou à Wagner (ce qui pour lui revient peu ou prou au même) dans ses œuvres sacrées ou ses symphonies.

Il écrit pourtant un quintette, de très bonne facture, en 1879. Mais son destinataire, le célèbre Josef Hellmesberger père, qui dirige un petit ensemble de chambre, trouve le scherzo du quintette un peu « bizarre » et sans doute trop difficile à jouer pour ses musiciens. C’est pour franchir cet obstacle que Bruckner se décide à écrire une courte pièce destinée à remplacer le fameux scherzo. Il s’agit d’un Intermezzo, dans la même tonalité et qui est écrit comme une ronde charmante et légère. On en reste là.

Finalement, Hellmesberger garde le scherzo initial et on oublie l’intermezzo, qui refait surface au début du XX siècle. C’est en 1904 qu’il est donné pour la première fois, comme partition indépendante du quintette. Ce n’est pas la date de sa création publique que j’ai choisie, cependant, mais celle de la partition, qui a donc tout juste cent quarante-deux ans aujourd’hui.

L’œuvre mérite un coup d’oreille par sa séduction dansante où l’on reconnaît cependant bien le style brucknérien.

Cédric MANUEL



Découvrez tous nos instants classiques :
Rubrique Éphéméride



 

Newsletter

Sélectionner une ou plusieurs listes :
Publicité

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.