24 octobre 1927 : Echos do Brasil

24 octobre 1927 : Echos do Brasil
Publicité

Le « Chôros de la danse » est créé à Paris il y a 94 ans aujourd’hui : c’est l’un des plus vivants chôros de Villa-Lobos. On y entend un foisonnement de murmures et de rythmes très caractéristiques, qui nous plongent littéralement dans l’ambiance carioca, dans les bruits d’une ville dans la forêt. Ce qui explique probablement le succès de cette œuvre !

Petit rappel : Heitor Villa-Lobos a effectué deux longs séjours à Paris dans les années vingt, pendant lesquels il a composé sa série de « Chôros », sortes d’improvisations avec solistes et orchestre, ou pour quelques instruments que le compositeur a lui-même pratiqués étant jeune.

Ainsi, le huitième de ces chôros est écrit en 1925 pour grand orchestre et deux pianos. Villa-Lobos l’appelait le « Chôros de la danse ». Et de fait, c’est l’un des plus vivants de la série. On y entend un foisonnement de murmures et de rythmes très caractéristiques, qui nous plongent littéralement dans l’ambiance carioca, dans les bruits d’une ville dans la forêt. Rien d’étonnant donc à ce que les percussions typiques y tiennent une place de choix ! C’est un vrai voyage de couleurs auquel Villa-Lobos nous invite.

L’œuvre est créée à Paris il y a tout juste quatre-vingt-quatorze ans, par les Concerts Colonne. Avec grand succès semble-t-il. Même l’implacable – et plus tard très controversé – compositeur Florent Schmitt, s’exclama à l’issue du concert : « On sent irrésistiblement que cette fois un vrai grand souffle a passé. » Un souffle qui reste suspendu, la partition s’arrêtant de façon quelque peu inattendue après une coda foisonnante.

Cédric MANUEL



Un jour… une œuvre musicale !
Rubrique : « Le saviez-vous ? »



Newsletter

Sélectionner une ou plusieurs listes :
Publicité

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.