fbpx

27 octobre 1827 : Bellini à l’abordage de la Scala

27 octobre 1827 : Bellini à l’abordage de la Scala
Publicité

Instant classique – 27 octobre 1827… 192 ans jour pour jour. Avec son Bianca et Fernando (ou Gernando, comme on voudra) napolitain, au printemps 1826, Vincenzo Bellini avait conquis à la fois le public et les impresarii.

Si bien que le fameux Domenico Barbaja, qui travaillait pour la Scala, lui commande illico un nouvel opéra pour la scène milanaise. Le livret, confié à l’incontournable Romani, est directement inspiré par une pièce créée peu de temps auparavant à Paris, Bertram ou le Pirate, du baron Isidore Taylor, qui allait bientôt devenir administrateur général de la Comédie-Française. Lui-même n’était pas allé chercher bien loin et avait en réalité adapté une autre pièce qui avait fait grand bruit à Londres dix ans plus tôt : Bertram or the Castle of Saint Aldobrand de Charles Robert Maturin. C’est la première collaboration entre Bellini et Romani. On sait ce qui suivra : tous les livrets successifs des œuvres de Bellini, à l’exception des Puritains, seraient tricotés par le librettiste génois.

L’adaptation de la pièce initiale, devenue Il Pirata, change assez considérablement les caractéristiques des principaux personnages, mais peu importe. Pour l’événement, la Scala aligne rien moins que des stars : Rubini, Tamburini, Meric-Lalande… Bellini adore Rubini, qu’il appelle « son ange ».

La musique de Bellini et le talent de ses interprètes emportent tout sur leur passage. La création est un triomphe : « L’air d’entrée de Rubini fit fureur. Je me suis levé bien dix fois pour remercier le public. Après la scène et le duetto de Rubini et Lalande, le public criait comme un fou et il faisait un vacarme d’enfer », écrit Bellini peu après.

L’œuvre connaîtra quelques éclipses, avant d’être ressuscitée, surtout par la Callas, au milieu du siècle dernier. Mais lorsqu’on parle d’Il Pirata et du rôle d’Imogène, c’est tout autant à Montserrat Caballé que l’on pense. Voici d’ailleurs un document rare, tiré des archives de l’INA : le récital donné à Pleyel le 15 octobre 1966, retransmis par l’ORTF avec l’orchestre éponyme dirigé par Carlo-Felice Cillario, avec lequel elle allait enregistrer quelques années plus tard un Norma qui ferait date. Ce n’est qu’un extrait de la scène finale et il manque le chœur, mais c’est tout à fait passionnant.

Cédric MANUEL



Un jour… une œuvre musicale !
Rubrique : « Le saviez-vous ? »



Publicité

Laisser un commentaire

Liens pratiques

NOUVEAUTÉ

lancement_le_cahier_pro_profession_spectacle_mag-dossier_juridique_social_pour_employeurs_spectacle

Soutenez le Mag’

100% indépendant, gratuit et sans abonnement ! Soutenez votre journal !

Newsletters

Les dessins de Caly

Caly Coronavirus Emmanuel Macron Nous sommes en guerre confinementCaly - Dessin année 2020dessin de Caly Franck Riester ministre tension avec les artistesBande Dessinée auteur festival Angoulême dessin CalyCaly - Joyeux Noël