Instant classique – 30 novembre 1869… 151 ans jour pour jour. Mily Balakirev compose sa pièce maîtresse, une fantaisie orientale extrêmement virtuose

Islamey, c’est la pièce maîtresse de Mily Balakirev, fondateur du fameux groupe des Cinq (moins connu cependant que Rimsky-Korsakov ou Moussorgski, bien sûr). Il s’agit d’une fantaisie orientale extrêmement virtuose composée par Balakirev après un voyage dans le Caucase, à partir d’une danse qu’on peut encore voir aujourd’hui, à laquelle il en joint une autre et aussi le thème d’une chanson tartare. Mélangez bien tout ça, faites-en des rythmes virevoltants, des harmonies tourbillonnantes et donnez le vertige non seulement à celui ou celle qui le joue, mais aussi à tous ceux qui écoutent !

Un musicologue évoquera même les derviches tourneurs à propos de cette pièce relativement courte, jusqu’au presto furioso (!) final. Pas étonnant que certains aient voulu l’orchestrer (Casella, Liapounov).

Mais il y a cent cinquante-et-un ans (attention, c’est peut-être le 30 novembre du calendrier julien, alors en vigueur en Russie, vous ne m’en voudrez pas) c’est bien la version pour piano qui est créée par Nikolaï Rubinstein, à qui elle est dédiée.

Balakirev révisera la pièce plusieurs fois, si bien que je ne sais pas quelle est la version de celle jouée ici par Boris Berezovski.

Cédric MANUEL

 



Un jour… une œuvre musicale !
Parcourez notre éphéméride