Instant classique – 6 avril 1908… 110 années jour pour jour. Carl Nielsen (1865-1931) est relativement peu connu en France.

C’est pourtant, aux côtés de Niels Gade, le grand compositeur danois, à l’instar d’Edvard Grieg en Norvège, de Franz Berwald en Suède ou de Jean Sibélius en Finlande.

Pour autant, il n’a pas comme ses homologues (et parfois contemporains, comme Jean Sibélius) puisé dans les grands mythes et légendes nordiques pour inspirer ses partitions, toutes empreintes d’une profonde originalité, avec un langage musical qui n’appartient qu’à lui, sans précédent, ni influence marquée, ni succession. C’est un génie des couleurs, des harmonies et des atmosphères, très intimiste, beaucoup moins « grands espaces » que les œuvres de Jean Sibélius, par exemple.

Saga-Drøm, créé par le compositeur ce 6 avril 1908, est donc un peu une exception à l’absence de références nordiques : c’est l’une des rares œuvres de Carl Nielsen qui illustre une légende locale, celle de Gunnar de Hlidarende qui traverse une rivière à cheval, accompagné de ses deux frères, Hjort et Kolskeg. Comme il a soudain sommeil, il s’endort au pied d’un arbre et rêve que les loups tuent Hjort pendant que lui et Kolskeg repoussent finalement les bêtes. Hjort, voyant Gunnar s’agiter dans son sommeil, demande à Kolskeg s’il faut réveiller Gunnar, mais Kolskeg l’en empêche, suggérant de laisser Gunnar profiter d’un rêve peut-être heureux. Mais Gunnar se réveille et tout ce qu’il vient de rêver se réalise sans qu’il ait pu l’empêcher.

L’œuvre est courte, étonnante et profondément originale, un peu fantomatique et très poétique. En cela, elle est caractéristique de toute l’œuvre de Carl Nielsen, un géant injustement méconnu en France.

Cédric MANUEL



À chaque jour son instant classique !
Rubrique : « Le saviez-vous ? »