Instant classique – 7 novembre 1906… 114 ans jour pour jour. Jean Sibelius compose une œuvre assez fascinante, même si elle ne compte pas parmi les plus célèbres de son auteur : Le festin de Balthasar.

En 1906, Jean Sibelius se voit confier la composition d’une musique de scène pour la pièce de Hjalmar Procopé, Le festin de Balthazar, thème qui avait précisément fait l’objet d’une toile célèbre de Rembrandt, laquelle illustre notre extrait musical du jour. Sibelius conçoit pour la pièce dix numéros pour solistes, chœur et orchestre et le tout est créé il y a juste cent quatorze ans au théâtre suédois d’Helsinki, sous la direction de Sibelius lui-même.

La pièce tire son argument du cinquième chapitre du Livre de Daniel dans l’Ancien Testament mais certains de ses éléments font plutôt penser à la Salomé de Wilde. Petit copieur, le Procopé ? En tout cas, Sibelius n’a pas le moins du monde été gêné par tout ceci, il a suivi sa propre route sans trop s’en préoccuper.

Comme c’est souvent le cas, il tire de cette musique de scène une suite pour orchestre seul dès 1907, et comme la musique de scène intégrale est un peu longue pour cette chronique, c’est la suite que je vous propose, même si elle a été créée non pas un 7 novembre mais un 25 septembre !

Cette œuvre assez fascinante, même si elle ne compte pas parmi les plus célèbres de son auteur. C’est le seul exemple chez ce dernier d’une musique aux accents orientalisants, ce qui n’a pas manqué de lui attirer des critiques, certains estimant qu’il perdait ainsi son temps. Comme souvent, la musique contredit cette assertion et il suffit d’écouter le sublime Nocturne, par exemple, pour s’en convaincre.

Cédric MANUEL

 



Un jour… une œuvre musicale !
Parcourez notre éphéméride