Instant classique – 9 mars 1919… 102 ans jour pour jour. Darius Milhaud compose une symphonie de poche : moins de cinq minutes de musique tour à tour festive, enjouée, et pastorale. L’œuvre est dédicacée à un mystérieux duo : Pipeau et Roseau…

Voici la dédicace de la seconde symphonie de chambre de Darius Milhaud, créée voici tout juste cent deux ans aux concerts Delgrange à Paris. Le compositeur venait de rentrer à Paris d’un long séjour au Brésil comme secrétaire particulier de Paul Claudel, qui y représentait la France.

J’ai eu beau chercher dans la biographie et l’autobiographie (passionnante) de Milhaud, cette dédicace reste un mystère pour moi, même s’il a écrit des petites œuvres pour pipeau – en bon aixois – et même pour roseau figurez vous !

Cette petite symphonie, écrite au retour du Brésil est plutôt une symphonie de poche ! Moins de cinq minutes de musique tour à tour festive et enjouée (on entend à la fin des réminiscences du carnaval provençal) et, au centre, plus pastorale. Cinq minutes d’une musique pas si facile et foisonnante. Ce n’est pas long pour colorer ces journées grises !

Ici, c’est Milhaud lui-même qui dirige l’orchestre de Radio-Luxembourg quelques années avant sa disparition.

Cédric MANUEL

.



À chaque jour son instant classique !
Rubrique : « Le saviez-vous ? »