Sélectionner une page

Des ligues et des langues : échec du français au détriment du globish franglais ?

Des ligues et des langues : échec du français au détriment du globish franglais ?
Publicité

Spécialiste de l’économie sociale et solidaire (ESS) en France, le statisticien Philippe Kaminski a notamment présidé l’ADDES et assume aujourd’hui la fonction de représentant en Europe du Réseau de l’Économie Sociale et Solidaire de Côte-d’Ivoire (RIESS). Il tient depuis septembre 2018 une chronique libre et hebdomadaire dans Profession Spectacle, sur des sujets notamment en lien avec l’ESS.



[Tribune libre]

Je me suis toujours comporté en défenseur intransigeant de la langue française. Du moins quand je n’y réfléchis pas trop. C’est une conduite réflexe ; j’ai horreur des fautes d’orthographe, et davantage encore des fautes de syntaxe, dans lesquelles je perçois une incapacité à raisonner, à mettre en cohérence les arguments et les idées. Mais ce qui m’horripile plus que toute autre chose, c’est l’invasion incontrôlée des mots anglo-saxons, et en deçà des mots réels, de ces sonorités globish qui n’apportent rien et qui corrompent tout. Je me détourne des annonces qui ne sont pas libellées en bon français, et je refuse mon soutien à la plus belle des causes lorsque son argumentaire est parsemé de vrais ou de faux anglicismes.

Quand un salon de coiffure prend pour enseigne Plumy Tif, je déplore sa sottise ; mais quand c’est Planet’Hair, j’enrage. Voilà pour mon côté Alceste.

Mais on ne peut survivre en haïssant tout le monde. Il faut bien composer. C’est là que mon côté Philinte reprend le dessus. Et j’en arrive à passer pour quelqu’un de tolérant. Moi qui ne mets jamais les pieds dans un maquedau, je fréquente (ailleurs, s’entend) et me prends parfois à apprécier des gens qui y malbouffent régulièrement et qui s’y plaisent. Il en est de même pour des porteurs de mœurs, d’opinions, de croyances ou de goûts que je ne partage absolument pas. C’est la vie.

*

Mais pour ce qui est de la langue française, cette schizophrénie de surface ne va pas de soi. Car dès qu’il faut expliquer, convaincre, voire seulement éveiller une attention bienveillante, mes réactions épidermiques ont du mal à laisser la place aux accommodements raisonnés et raisonnables. À cela deux raisons majeures : d’une part je ne me satisfais pas du « bréviaire » usuel du parfait contempteur de globish, que je juge dépassé et contre-productif mais que je ne sais pas par quoi remplacer, et d’autre part je ne puis que constater l’échec de tout ce qui a été tenté pour endiguer le déferlement envahisseur. Et lorsque manquent les matériaux pour construire, seul l’impulsif demeure, seules se font entendre les vitupérations d’un Alceste grincheux qu’aucun Philinte ne vient tempérer.

Le bréviaire d’abord. C’est en 1964 que parut le pamphlet d’Étiemble Parlez-vous franglais ?, et il me semble parfois que rien n’y a été ajouté, que rien n’en a été retranché depuis. Le contexte était alors pourtant fort différent du nôtre. La France se voulait grande et puissante. Mais beaucoup de monde renâclait à ce commandement de grandeur. C’était déjà le magazine Elle qui détenait la palme de l’emploi systématique de l’anglo-saxon précieux et ridicule, mais le féminisme contemporain rend désormais inaudible la critique que l’auteur en faisait alors. Les convictions d’Étiemble, aussi fin lettré que trotskiste impénitent, lui permettaient d’échapper à l’accusation d’impérialisme post-colonial, ce qui ne sera plus le cas pour qui reprendrait aujourd’hui la trame de son argumentation francophile. Quant à ses obsessions anti-yankee, trop politiques, trop militaires, pas assez économiques et surtout pas assez culturelles, elles restent trop datées pour être reprises à l’heure de la mondialisation.

Mais pourquoi aller chercher Étiemble, me demandera-t-on ? Il y a bien autre chose… Eh bien je ne vois pas quoi ! Sincèrement, je ne vois pas. Il nous est resté quelques brillantes plumes. Quelques cinéastes, quelques artistes, quelques chefs étoilés. Des philosophes, des sociologues ? J’en suis moins certain. Et ailleurs, dans l’économie, l’urbanisme, l’organisation de la société ? Rien, ou du moins rien de spécifique, rien de mondialement reconnaissable entre tout, rien dont on ait pu dire : voici l’école française. Or s’il n’y a pas d’école française, il n’y a pas de besoin, d’appel, de nécessité, pour une langue française assez forte et irradiante pour rester pure, pour intégrer et franciser les apports étrangers. Pour une culture mondialisée, une langue mondialisée suffit à merveille. Au fond, la corruption de la langue va de pair avec le rétrécissement du prestige national et de l’ambition qui doit aller avec, et c’est pour cela qu’elle est irrésistible – du moins dans la période présente.

De ce fait, la reprise plus ou moins adroite d’arguments datant de 1964 vous fait immanquablement passer pour un vieux con, situation dans laquelle je ne me complais guère.

Second point : l’inefficacité des mesures de défense. La loi Toubon de 1994, dont l’objectif était de renforcer la loi Bas-Lauriol de 1975 en s’inspirant du modèle québécois, ne subsiste que parce qu’elle est continuellement bafouée, avec souvent l’approbation et la complicité des autorités censées la faire appliquer. Nul ou presque n’en loue le caractère protecteur, tous ou presque en critiquent le caractère contraignant. Dans le climat actuel, aucun renforcement législatif ou réglementaire de l’obligation d’utiliser la langue française ne semble possible, tant il suscitera de cris d’orfraie du monde économique, au nom de la liberté, et du monde scientifique, au nom de la notoriété.

Dotées de budgets ridicules et de pouvoirs purement symboliques, les quelques institutions chargées de la défense, de la promotion et de l’enrichissement de la langue pèsent bien peu. Et en soi, cela n’a rien de regrettable ; l’idée de faire évoluer une langue par décret est proprement absurde. Cela n’a réussi au Québec qu’en s’appuyant sur un profond mouvement populaire d’émancipation qui n’a aucun équivalent en France. Mais rien n’exclut qu’il en puisse naître un semblable, dans quelque futur proche ou lointain.

*

En attendant, un propos glané au hasard d’une discussion assez vive m’a semblé pouvoir ouvrir, enfin, de nouvelles perspectives. J’en avais envoyé une esquisse, en février 2018, à un machin officiel qui s’appelait la consultation citoyenne en ligne « Mon idée pour le Français » en faveur de la langue française et du plurilinguisme dans le monde, et dont bien entendu personne n’a entendu parler depuis. À l’origine, un contradicteur m’avait brandi le cas d’une entreprise qui, après avoir lancé un produit auto-qualifié d’innovant, avait essuyé un premier échec sur le marché ; puis, l’an d’après, ayant changé le nom bien de chez nous dudit produit pour lui en donner un plus cool et plus flashy, presque entièrement en anglais, avait vu ses ventes décoller et atteindre des records : un vrai Jacques Pote !

J’ai alors compris que l’on fait totalement fausse route en s’adressant aux entreprises en termes d’obligations et de pénalités. Il faut au contraire jouer sur les mots magiques de liberté, d’innovation et de succès commercial. Vous avez décidé d’abandonner le français, ringard et has been, pour adopter l’anglais, jeune et successful ? Bravo, bienvenue au club des gagneurs ! Cela vous coûtera juste un petit loyer…

Ainsi, l’administration ne sera plus un père fouettard réglementant et taxant, mais un partenaire, fournisseur d’un service, qui va booster votre chiffre d’affaires.

Voici les quelques lignes que j’écrivais alors : Nombreuses sont les entreprises françaises qui, sous la pression des professionnels de la publicité, adoptent des noms à consonance anglo-saxonne. Lorsque les défenseurs de la langue française leur en font grief, ces firmes arguent que c’est là leur liberté, et que toute réglementation en la matière relèverait d’un colbertisme rétrograde. Elles affirment que l’anglais leur donne une meilleure image et favorise leurs ventes. Si donc c’est un avantage concurrentiel, alors qu’il soit taxé !

Aucune atteinte ne doit être portée à la liberté d’entreprise ; il ne s’agit que de rétablir de justes règles de concurrence non faussée. Si c’est un avantage de s’exprimer en anglais, il faut que cet avantage ait un coût. Ainsi, on comprendra aisément qu’un emplacement sur les Champs-Élysées coûte plus cher qu’un autre, de taille équivalente, situé dans une banlieue défavorisée. Inutile d’inventer une taxe nouvelle : il suffit de reprendre les règles d’attribution du CICE. Plus vous utiliserez d’anglais, moins vous percevrez de CICE !

La référence au CICE n’a sans doute plus lieu d’être, et surtout il faudrait creuser la théorie économique sous-jacente, celle qui saura justifier la création d’un marché des mots anglais. Dans les bagages des libéraux, ou des keynésiens, ou des alter-ceci et des alter-cela, il va bien se trouver ce qu’il nous faut pour taxer sans paraître taxer et prélever sans paraître prélever. Quitte à savoir ensuite flécher les sommes ainsi recueillies sur la bêtise humaine vers le réseau des Alliances françaises ou des lycées français à l’étranger. Amis économistes, à vos méninges !

Philippe KAMINSKI

Lire les dernières chroniques de Philippe Kaminski

.



 

 

 

 

Publicité

1 commentaire

  1. c par fé, Philippe 🙂

Laisser un commentaire

Soutenez le Mag’

100% indépendant, gratuit et sans abonnement ! Soutenez votre journal !

Restez informé !

Facebook