Une courte et pertinente analyse de la politique de l’Union Européenne vue d’un frigidaire.

Arrêt Buffet

– Dis-moi, mon petit, tu peux me dire ce que tu fais ici ?

– J’attends.

– Comme tout le monde… Mais tu sais qu’ici, nous sommes à la première étagère du frigidaire. En partant du haut… Ici, c’est le gratin, tu vois.

– Il est où le gratin ?

– C’est une façon de parler… Nous attendons, certes, mais nous attendons entre aliments de bonne compagnie.

– Je comprends pas…

– Comment te dire… Moi, par exemple, je déteste parler de moi mais il faut bien commencer par quelqu’un, je suis le cassoulet.

– Enchanté.

– Moi de même. Et elle, à côté, en train de faire la bulle, c’est la bière. Tu comprends, maintenant ?

– Non.

– Je sais bien que les nouveaux emballages sont de plus en plus hermétiques, mais toi, tu m’as l’air aussi bouché qu’une bouteille de vin… Le cassoulet et la bière, ce n’est quand même pas n’importe quoi !

– Ça va pas très bien ensemble…

– Ce n’est pas le propos. Nous ne parlons pas gastronomie mais étiquette.

– En parlant de ça, la vôtre est particulièrement réussie, ça donne envie.

– Merci. C’est difficile d’avoir une discussion suivie avec toi.

– Nous pouvons attendre en silence.

– Et en plus, tu es susceptible ! Regarde en bas, peux-tu me nommer les aliments qui attendent à l’étage inférieur ?

– Le chorizo et la pizza.

– Très bien. Personne ne va mettre en doute les qualités indéniables du chorizo et de la pizza ?

– Bien sûr que non.

– Malgré tout, ils attendent à l’étage inférieur.

– Pourquoi ?

– Parce que la première étagère, en partant du haut, est réservée au cassoulet et à la bière depuis que le frigidaire existe !

– Ah bon ? Je savais pas…

– Les fabricants du frigidaire ont installé la lumière au niveau de la première étagère, en partant du haut. Pour moi, c’est un signe. La lumière vient du cassoulet et de la bière…

– Mais ça va pas la tête ? Et moi qui vous écoute comme un con… La lumière qui vient du cassoulet et de la bière ! Dans une vie antérieure, vous avez dû être un melon, un gros melon !

– Mais dis-moi, mon petit, tu es un vrai concentré de rébellion, tu es du style « agiter avant l’emploi », c’est bien, c’est même très bien, mais ça n’empêche que la première étagère, en partant du haut, est réservée à la crème.

– C’est moi la crème !

– Ah… C’est que ça change tout. Quel type de crème ?

– Avec du concombre, de l’ail, de la coriandre, de l’huile d’olive…

– Et tu t’appelles comment ?

– Tzatziki.

– Oh la, tu ne pouvais pas t’appeler Petit Salé comme tout le monde ! Je plaisante…

– Et y a aussi du yaourt grec…

– Qu’est-ce que tu viens de dire ?

– Du yaourt grec !

– Que William Saurin nous protège…

– Was ?

– Manquait plus que ça, elle se réveille… Reste derrière moi, mon petit, faut pas que la bière te voie.

– Pourquoi ?

– Parce que si elle te voit, elle va décapsuler.

– Mais j’ai rien fait !

– Elle va te mettre la pression ! Attention !

– Quoi ?

– La porte s’ouvre !

– Was ?

– Cassoulet, au secours, à moi !

– Sois courageux, mon petit, ce n’est qu’un mauvais moment à passer !

– Mais je veux pas être mangé !

– On va tous se faire manger, les uns après les autres, c’est la loi du marché !

– Je veux pas aller à la poubelle !

– Mais c’est très bien la poubelle, c’est un lieu de mixité sociale, tu vas te faire plein de copains !

– Was ?

– Cassoulet, fais quelque chose !

– Et après la poubelle, c’est le recyclage !

– Je crois pas au recyclage !

– Tu as tort ! Il faut croire ! Avec un peu de chance, tu deviendras une barquette de riz cantonnais !

Philippe TOUZET

.
Lire les dernières chroniques de Philippe Touzet :
Passez commande !
Ça va être ta fête !
Histoire d’une pièce
Théâtre de l’Odéon / 50 pour une douche…
Odéon, Ô des espoirs !

.



Auteur de théâtre, scénariste de fictions radio, président des Écrivains associés du théâtre (E.A.T) de 2014 à 2019, Philippe Touzet tient une chronique bimensuelle dans Profession Spectacle depuis janvier 2021, intitulée : « Arrêt Buffet ».



.