Select Page

« L’insoumis » : hagiographique malgré lui

« L’insoumis » : hagiographique malgré lui
Advertisement

Gilles Perret, savoyard revendiqué, s’est fait une réputation de documentariste sérieux et engagé en traitant à bras le corps des sujets austères : l’histoire industrielle (De mémoire d’ouvriers, 2011), la mise en œuvre du programme du Conseil national de la Résistance (Les Jours heureux, 2012), la création de la Sécurité sociale (La Sociale, 2016). Il a suivi au jour le jour la campagne présidentielle de Jean-Luc Mélenchon, de février à avril 2017.

★★☆☆

Difficile de critiquer un documentaire sur Jean-Luc Mélenchon sans critiquer Jean-Luc Mélenchon. Car le personnage clive. Soit il séduit ; soit il horripile.

Un documentaire à la sympathie assumée

Affiche de "L'insoumis", film documentaire de Gilles Perret sur Jean-Luc MélenchonGilles Perret n’avance pas masqué. De gauche, voire d’extrême-gauche, il confesse sa sympathie pour le candidat de la France insoumise ou, à tout le moins, pour les idées qu’il a portées durant cette campagne présidentielle chamboule-tout.

Il ne nous fait pas croire en une impossible neutralité – que revendiquait Raymond Depardon en 1974 mais que tout son fameux documentaire 1974, une partie de campagne, sur la campagne de Valéry Giscard d’Estaing à l’élection présidentielle, contredit.

Et l’image qu’il donne de Jean-Luc Mélenchon est largement positive.

Ses qualités sont exaltées : sa formidable énergie, sa capacité de travail, son aisance oratoire et surtout son attachement aux petits, aux sans-grades.

Ses défauts sont excusés : ses accès de colère sont présentées comme une force de caractère et un signe d’authenticité, son histrionisme est la marque d’une légitime ambition, son soi-disant autoritarisme est corrigée par les nombreuses séquences où on le voit recueillir les avis et les conseils de son comité de campagne.

Hagiographie ou sincérité ?

Est-ce à dire que le portrait de Gilles Perret vire à l’hagiographie ? Ce serait lui faire un procès injuste. Car Gilles Perret est sincère.

Sincère quand il décrit un candidat vieillissant, agacé par le jeunisme d’un Emmanuel Macron, incapable de lire autrement qu’à travers les œillères étriquées d’un marxisme daté. Sincère quand il le suit le soir du premier tour, convaincu qu’il se qualifiera d’un cheveu pour le second, s’accrochant aux sondages qui le lui font miroiter et tardant, du coup, à accepter la défaite et à appeler à voter pour Emmanuel Macron et contre Marine Le Pen.

Quelle que soit l’opinion qu’on a de Jean-Luc Mélenchon, L’Insoumis mérite d’être vu. Il ne fera changer d’avis personne : ceux qui l’aiment l’aimeront sans doute un peu plus – et verseront une larme sur cette campagne pleine d’espoir. Ceux qui le détestent ne le détesteront pas moins – même si peut-être ils lui reconnaîtront plus d’humanité qu’ils ne lui en avaient soupçonné.

Tony PARODI

 



Gilles Perret, L’Insoumis, France, 2017, 95mn

  • Sortie française : 7 février 2018
  • Genre : documentaire
  • Classification : tous publics
  • Avec Jean-Luc Mélenchon
  • Distribution : Jour2Fête

En savoir plus avec notre partenaire Chacun cherche son film : L’Insoumis

"L'insoumis", film documentaire de Gilles Perret sur Jean-Luc Mélenchon



Découvrir toutes nos critiques de films



Advertisement

Laisser un commentaire

Suivez-nous

Restez informé !

Rencontre avec Anne-Christine Micheu autour des droits culturels

R.O.C & Folk

dessin coupe du monde footballdessin_roc_johnny_heritage