Où notre pauvre chroniqueur, malgré sa mauvaise humeur et la pandémie médiatique intergalactique, trouve, au détour d’une conversation idiote avec un vieil ami, un emploi digne de son maigre talent.

RESTEZ CHEZ VOUS

Tu penses que la situation va s’arranger quand ?

Je ne pense pas que la situation va s’arranger.

La pandémie finira bien par cesser.

Je ne vois pas le rapport.

Tiens, j’ai vu Stéphane*, il se demande comment il va rebondir.

Un truc qui s’est écrasé dix mois n’a aucune chance de rebondir.

Ce n’est pas le bon mot, alors, disons.

S’écraser, si. C’était bien la peine de nous bassiner de rébellitude.

Ils vont bien rouvrir les salles de spectacle, à un moment.

Oui, et on fera comme s’il ne s’était rien passé, et tu sais pourquoi ?

Parce qu’on crève d’envie de se donner à fond sur scène.

C’est rigolo, ça. Non, parce qu’il ne se sera rien passé.

Sans rire, Dupont est plutôt inquiet.

Je m’en fous.

Il pense qu’on s’en prend à la culture et que c’est un tournant néo-libéral.

Il répétait déjà ces conneries-là avant, alors…

Oui, mais là !…

Quoi qu’il arrive, on peut dire ça. Comme aussi bien l’inverse, d’ailleurs.

Le confinement ne t’a pas soigné le caractère.

Là, je suis de bonne humeur.

Et quand tu ne l’es pas ?

Je ne parle pas à des cons dans ton genre.

Merci. Sinon, j’ai aperçu Stéphanie*, elle va mieux.

Elle a repéré des trucs au-delà de son nombril ?

Non, elle s’est aperçue qu’elle était blanche.

Mazette. Elle a quel âge ?

35, non ?

Depuis un moment, alors. Et donc, elle est blanche ?

Du coup, elle culpabilise.

Évidemment. Donc elle va mieux. Logique.

Elle sort un livre là-dessus.

Sur le fait qu’à 47 ans elle ait remarqué qu’elle était blanche ?

Oui. Maintenant, elle peut en parler.

Je vois. Il faut du temps pour digérer un truc pareil.

Ce dont elle est le plus fier, je crois, c’est de s’en sentir coupable.

Tu m’étonnes.

Et elle va mettre sa rébellion en avant, maintenant.

L’air du temps est le nom de la rébellion culturelle.

Oui, mais, du coup, elle trouve des financements.

C’est le principe de vase communicant qui fait qu’il y en a moins pour les trucs intelligents.

Tu vois tout en noir.

Ça devrait plaire à Stéphanie.

Elle a toute une tournée de quarante-cinq dates dans tout le réseau de scènes nationales.

Vache, ça marche aussi bien que l’autre truc avec une Antigone islamiste et un Créon proviseur laïc de lycée.

Oui, c’est l’autre créneau porteur.

Symétriquement, d’ailleurs. Elle m’engagerait ?

Tu veux jouer dans un spectacle de Stéphanie ?

Pourquoi pas ?

Mais tu trouves ça idiot et fainéant.

Oui, c’est de la merde.

Mais ça marche.

Les publics sont captifs. Tu me branches ?

Il faut bien bouffer, remarque.

Et la merde, c’est prédigéré. Moins d’effort, plus d’art !

Tu es cynique !

Moi ? Toi, plus que moi. Mais Stéphanie décroche le pompon.

Elle ? tu rigoles ? Elle est archi-convaincue !

Elle a trouvé le filon. Tu me diras, il suffisait de dire la même chose que Théo* et Paulette* qui font la pluie et le beau temps à l’Université Oralphabète.

Oralphabète ?

Oral, c’est bien le contraire d’anal ? À propos, tu es malade ?

Non, pourquoi ?

Je ne sais pas. Tu parles étrangement peu de toi, de tes projets.

Salaud. Je vais te dire un truc. Mais tu ne l’ébruites pas ?

Tu as un plan-thune dans un Théâtre National ?

Non, non, ce n’est pas artistique. Enfin, pas immédiatement. Mais en fait, si.

Je crains le pire.

Tu vois tout en noir. Je me demande en fait si tu n’es pas…

Tu vas changer de sexe !

Nom de… Mais comment tu as deviné ?

Je cherchais un truc vraiment gros. Artistique. Mais pas immédiatement.

Tu en penses quoi ?

Je pense qu’avec ça tu peux rebondir, en effet.

Je crois aussi. Ce qui prouve que j’ai mis ces dix mois à profit et que je ne me suis pas écrasé, moi…

Tu m’étonnes. Et donc tu vas écrire un monologue édifiant là-dessus !

Oui, mais comme je n’écris pas trop bien, je me suis demandé si tu ne voudrais pas…

C’est payé ?

C’est tout ce qui t’intéresse ?

Non. Mais ce qui m’intéresse ne va pas se retrouver dans ton machin. C’est payé ?

Un tout petit peu. On compte surtout sur la tournée. Alors ?

Tope-là, vieux. Ou vieille, comme tu veux.

Merci !

T’inquiète, on va l’écrire, ta merde !

Pascal ADAM

* Les prénoms ont été changés.

.

Lire les dernières chroniques bimensuelles de Pascal Adam :
Ressusciter les Dieux
Défense et illustration du sinistère de la Culutre
Haine, pudibonderie, télétravail : “La Haine”, de Günther Anders
Assignation à résilience

.



Avec un goût prononcé pour le paradoxe, la provocation, voire la mauvaise foi, le dramaturge, metteur en scène et comédien Pascal Adam prend sa plume pour donner un ultime conseil : « Restez chez vous » ! Tel est le titre de sa chronique bimensuelle, tendre et féroce, libre et caustique.



 

.