« Aujourd’hui on est dans cette ère où quatre, cinq, six… peut-être dix sociétés contrôlent intégralement nos vies numériques ! » Pour Tariq Krim, fondateur de Dissident.ai et membre du mouvement Slow Web, la menace est réelle : ces dix sociétés sont capables de prédire nos futures actions, voire de modifier nos comportements. Un danger qui nécessite un changement d’attitude urgent.

Tariq Krim a assisté à la naissance du Web, il y a trente ans. Plus encore, il en est l’un des acteurs français majeurs, en fondant plusieurs sociétés successives : MPTrois.com en 1999, Netvibes en 2005, Jolicloud en 2010, Dissident.ai en 2016… Reconnu aussi bien aux États-Unis qu’en France, il défend

Lors de la table ronde organisée par Altaïr think tank au Village du Off d’Avignon sur le thème : « Un nouvel internet pour de nouveaux usages et de nouvelles pratiques », Tariq Krim a posé un constat : le Web a connu une première étape très ouverte, au cours de laquelle tout le monde pouvait utiliser et développer les technologies émergentes. Mais autour de 2004, année qui marque aussi bien l’introduction de Google en bourse que la création de Facebook, tout a progressivement basculé. L’iPhone, commercialisé par Apple depuis l’été 2007, renforce le phénomène, suivi par une foultitude de smartphone. La structure sur laquelle Internet croît désormais est fermée ; il faut par exemple passer par l’Apple Store pour toute nouvelle application… Or trois personnes sur quatre ont un téléphone, c’est-à-dire une boîte noire dans laquelle les choses qui s’y passent leur sont peu connues – à eux comme aux États.

Le danger est tel qu’avec les connaissances récupérées sur les utilisateurs, ces dix sociétés ont la capacité de prédire ce que les gens vont faire, voire de modifier subrepticement leur comportement.

Tariq Krim livre son analyse à Profession Spectacle et propose à nos lecteurs quelques conseils et pistes de réflexion pour amorcer au plus vite ce changement de comportement.

Interview : Pierre MONASTIER
Image : Yves TRAUGER

.
Voir aussi :

Vidéo. Les conseils de Tristan Nitot (Qwant) pour sortir du capitalisme de surveillance
Vidéo. Philippe Mutricy (Bpi France) : la révolution numérique est loin d’être finie !

.