Select Page

10 mai 1907 : Paul Dukas trouve le fil de l’opéra

10 mai 1907 : Paul Dukas trouve le fil de l’opéra
Advertisement

Instant classique – 10 mai 1907… 111 années jour pour jour. Terriblement exigeant envers lui-même au point de détruire nombre de ses partitions, Paul Dukas n’a laissé à la postérité qu’une seule œuvre lyrique achevée et devenue rare sur les scènes, Ariane et Barbe-bleue, créée à l’Opéra-Comique le 10 mai 1907.

Le livret de Maurice Maeterlinck, qui avait déjà frappé avec Pelléas et Mélisande quelques années plus tôt, s’inspire librement du conte de Charles Perrault et centre l’action sur Ariane, sixième épouse de Barbe-Bleue. Ce n’est pas par hasard : cette fois, pas question de faire obstacle à sa femme, Georgette Leblanc, pour tenir le rôle-titre comme Claude Debussy avait osé le faire pour Pelléas ! Il en résulte un poids écrasant pour la soprano à qui il faut une voix bien charpentée pour affronter les redoutables obstacles du rôle.

Georgette Leblanc fut d’ailleurs beaucoup critiquée, mais pas la partition, fascinante et mystérieuse quoique fort différente du lointain modèle Pelléas et Mélisande, que certes Dukas admirait mais dont il n’a nullement cherché à faire une sorte d’avatar, trouvant son propre langage, plus dense et pour tout dire plus lumineux.

Parmi les rares productions récentes de ce chef-d’œuvre très méconnu, celle du Liceu de Barcelone en 2011 mérite d’être distinguée pour ses interprètes José van Dam en Barbe-Bleue et Jeanne-Michèle Charbonnet – qui alternait avec Eva-Maria Westbroeck – en Ariane, sous la baguette d’un maître ès répertoire français, Stéphane Denève, et dans la mise en scène – très critiquée – de Claus Guth.

Ici, la fin du premier acte, lorsque Barbe-Bleue surprend Ariane qui cherche à aller à la rencontre de ses 5 prédécesseuses enfermées dans un souterrain et veut la punir. L’intervention des paysans, qui soupçonnent Barbe-Bleue d’être ce qu’il est et veulent le lyncher, est suscitée par la Nourrice, qui cherche à protéger Ariane. Mais celle-ci affirme que son mari ne lui a fait aucun mal.

Cédric MANUEL



À chaque jour son instant classique !
Rubrique : « Le saviez-vous ? »



Photographie de Une – Gravure extraite de The Bluebeard Picture Book, London George Routledge and Sons, 1875



 

Advertisement

Laisser un commentaire

Suivez-nous

Restez informé !

Rencontre avec Anne-Christine Micheu autour des droits culturels

Nous soutenons …

affiche barcelone en scene à paris theatreaffiche Quand on sait