Sélectionner une page

13 décembre 1928 : Gershwin et Paris

13 décembre 1928 : Gershwin et Paris
Publicité

Instant classique – 13 décembre 1928… 90 années jour pour jour. Narration ou impressions ? Lorsque George Gershwin présente son Américain à Paris à New York, le 13 décembre 1928, sous la direction de Walter Damrosch, il souligne que ce poème symphonique très expressif n’a pas pour autant le but de décrire avec précision des scènes parisiennes, mais de figurer les impressions d’un Américain qui se promènerait dans les rues de la ville pour s’y imprégner de l’ambiance générale.

George Gershwin, qui vient à Paris en famille cette même année 1928, y achève son œuvre et ne serait pas trop dépaysé 90 ans après (surtout en entendant les klaxons). On imagine ce que composerait un Français à New York ! Il n’empêche, description ou pas, c’est l’œuvre symphonique la plus célèbre de Gershwin, avec, bien sûr, la Rhapsody in blue. A écouter sans modération !

Lors de son séjour parisien, il réalise un vieux rêve et rencontre Maurice Ravel, qu’il admire. Lui qui vient des pianos bars, il s’inquiète de ses lacunes en orchestration « classique » (on s’interrogera même longtemps sur le fait de savoir s’il avait bien orchestré lui-même son Américain à Paris) et demande à son illustre confrère s’il peut lui donner quelques conseils. Ravel lui fait alors cette réponse du tac au tac : « Pourquoi seriez vous un Ravel de seconde classe, alors que vous pouvez devenir un Gershwin de première classe ? »

Comme l’œuvre fut créée il y a tout juste 90 ans par un orchestre new-yorkais, je ne résiste pas à la tentation de vous proposer la version du Philharmonique de New York sous la direction, évidemment, de Leonard Bernstein, qu’on imagine swinger sur son podium. Oh oui, sir !

Cédric MANUEL



À chaque jour son instant classique !
Rubrique : « Le saviez-vous ? »



Publicité

Laisser un commentaire

Soutenez le Mag’

100% indépendant, gratuit et sans abonnement ! Soutenez votre journal !

Restez informé !

Facebook