Instant classique – 23 décembre 1785… 233 années jour pour jour. Durant l’été 1785, Mozart subit quelques déconvenues. Ses quatuors dédiés à son cher Haydn ne rencontrent pas de succès.

Il doit alors donner des concerts pour récupérer un peu d’argent et écrit pour l’un d’eux un nouveau concerto pour piano, son vingt-deuxième, qu’il achève le 16 décembre et qui n’est pas l’un des plus connus aujourd’hui, mais qui est pourtant tout à fait digne d’intérêt.

Le public viennois ne s’y trompe pas, réservant un triomphe à sa création ce 23 décembre 1785. Encore quelques mois et Mozart sortira de son chapeau une nouvelle œuvre entamée en même temps que ce concerto : les… Noces de Figaro !

Comme souvent chez Mozart, c’est une œuvre en demi-teinte, garnie de mélancolie et même de douleur (le bel “andante”), mais illuminé par des éclairs de joie. Le dernier mouvement, “rondo-allegro”, est un condensé à lui seul, avec son thème initial guilleret et si mozartien, jusqu’à un “andantino cantabile” plus nostalgique mais si tendre, puis la coda sereine. 

Cédric MANUEL



À chaque jour son instant classique !
Rubrique : « Le saviez-vous ? »