Le Grau-du-Roi a choisi une devise fort peu camarguaise : Let’s Grau ! Outre son caractère extrêmement ridicule, se pose la question du franglais. Comment lutter contre cette invasion uniformisante de la pensée et de l’expression ? Par la créativité, en prenant exemple sur les défenseurs du breton, du basque ou de l’occitan.

Actualités de l’économie sociale

La moins bien appliquée, la moins respectée et la plus ignorée de nos lois est sans doute celle qui oblige les autorités publiques à s’exprimer en français (dite loi Toubon, qui succéda en 1994 aux lois dites Bas-Loriol de 1975). Quelques associations ont été « agréées loi Toubon » aux fins de pouvoir porter en justice les abus qu’elles constatent ; ces actions sont rares et leurs succès sont incertains. Récemment, c’est une association non agréée, mais fort active (l’AFRAV), qui a attaqué la commune du Grau-du-Roi pour avoir choisi une devise fort peu camarguaise : Let’s Grau !

Avoir pu prendre une telle initiative, pour une petite ville essentiellement touristique, prouve déjà que le ridicule ne tue pas. Refuser de revenir sur cette décision lors du premier recours gracieux, puis défendre son choix devant le tribunal témoigne d’une rare imbécillité et d’un mépris consommé du patrimoine. Mais ceux qui ont le plus ignoré la loi sont encore les magistrats qui ont relaxé la ville et condamné le plaignant. Après un contre jugement en appel, l’affaire est montée jusqu’au Conseil d’État. Et l’arrêt final rendu par les Messieurs du Palais-Royal laisse songeur.

La loi Toubon s’applique, ont dit ces Sages. Mais encore faut-il qu’il existe des termes en français qui puissent traduire les mots étrangers utilisés, et vendus fort cher, par les publicitaires. Pour ce faire, il existe des commissions officielles de terminologie. Et les Sages ont dépouillé, patiemment, les travaux de ces commissions. Ils ont bien trouvé les équivalents de show room ou de prime time, mais rien, vraiment rien, qui puisse traduire let’s. Conclusion : la ville n’est pas fautive, puisque le mot français n’existe pas. Même Pierre Dac n’aurait pas imaginé ça.

Une preuve de plus que l’usage, quand il est suffisamment répandu, peut se révéler plus fort que la loi, et qu’il est capable de la bousculer même sur le terrain du droit. En l’occurrence, il s’agit de l’usage du franglais, donc d’un mauvais usage. Est-ce pour autant que la loi est devenue, en son principe, inutile ? J’aurais aimé que le Conseil d’État s’exprimât sur cette question. Si la loi ne pèse rien face aux usages, face à la créativité la plus débile d’une agence de pub, face à la crétinerie d’un conseil municipal soucieux de n’attirer que les touristes les plus demeurés, pourquoi voter des lois ? Autant laisser du temps libre à nos députés. Et transformer le Palais Bourbon en logements sociaux.

*

Pour ma part, je suggère aux édiles du Grau-du-Roi de ne pas s’arrêter en si bon chemin et d’aller jusqu’au bout de leur pensée. Il faut maintenant franchir une étape de plus et changer leur devise pour une formulation encore plus volontaire : Let’s Grow !

Parce que, franchement, rester l’avant-port d’Aigues-Mortes, c’est un peu limité comme ambition. Il faut faire le choix de la croissance, de la vraie, et viser la première place de la franglitude et de la modernitude sur tout le pourtour méditerranéen. Mieux que Benidorm ! Je vois au premier plan sur la côte, barrant l’horizon, le plus grand Maquedeau du monde, homologué à cinq mille burgers à l’heure. Et s’étendant sur pilotis à travers toute la Camargue, une autoroute circulaire bordée d’éoliennes (c’est quand même plus nice que les platanes) qui donnera accès aux plus vastes zones commerciales d’Europe, sur lesquelles rivaliseront à l’infini les délicates prouesses architecturales des Halles aux Chaussettes, Brico-Thon, Boys à Russes et autres Perdathlon. Un vrai, un grand dessein pour la South of France !



Lire aussi sur le même sujet
Des ligues et des langues : échec du français au détriment du globish franglais ?


*

Il reste que cette affaire malheureuse pose cruellement la question de l’utilité des commissions de terminologie. Leur travail ingrat et obscur n’émerge parfois dans la grande presse que pour y être brocardé. Vous vous rendez-compte, ma chère, ces ploucs ne veulent plus qu’on dise show room ou prime time ? Alors que tout le monde comprend ces mots et qu’ils sont si doux à prononcer !

Il est un fait que nombre de traductions officielles pêchent par excès de longueur et par manque d’audace. Nous ne sommes pas assez novateurs, contrairement aux Québécois. Nous hésitons à forger de nouveaux mots, à franciser les apports étrangers qui le permettent phonétiquement. Et surtout, les terminologues travaillent en vase clos. Il n’existe aucun levier sur lequel ils pourraient appuyer pour influencer le grand public. Même au sein de leurs ministères de tutelle, les oreilles sont sourdes. Quand on donne l’impression de chercher à imposer, à faire la leçon, plus qu’à séduire et qu’à donner envie, on prend le risque d’être rejeté, et on court à l’échec.

Il revient aux citoyens, à leurs associations, d’évaluer la production des terminologues, d’observer sur une durée suffisante l’accueil que telle ou telle proposition a pu rencontrer, de juger de ce qui a marché (peu de chose), de ce qui a échoué, et comprendre pourquoi.

Mais au-delà de ce nécessaire travail de suivi, je pense que ces associations devront radicalement changer d’attitude. Elles doivent sortir du rôle dans lequel elles se pensent, celui de défenseurs d’un ordre bienfaisant et légitime, celui d’équivalent, sur le plan linguistique, de la protection civile ou des pompiers volontaires. Elles doivent au contraire se vivre comme des dissidents. Elles doivent créer, sans rien lâcher de ce qui existe, des môles de résistance, dans l’appareil d’État, dans le monde de la culture, dans la vie professionnelle, et surtout dans les sciences. Car l’ordre qui domine aujourd’hui, c’est celui du franglais officiel des médias et des publicitaires. Même le Conseil d’État le reconnaît. On peut le déplorer, et d’ailleurs cela fait longtemps que je le déplore et que cela me fait enrager. Mais c’est ainsi.

Nos associations doivent désormais prendre exemple sur les défenseurs du breton, du basque ou de l’occitan, qui se sont organisés pour que leur langue continue à vivre et puisse de nouveau rayonner. Elles ne doivent plus penser que l’usage d’une belle langue millénaire va de soi, qu’il est souhaité par les autorités, enseigné par l’école publique et soutenu par les corps constitués. Elles doivent susciter par elles-mêmes, sans compter sur d’autres, un climat, une attente, un désir d’une langue non corrompue par des virus indésirables, mais aussi une langue capable d’évoluer, de s’adapter, de s’enrichir en permanence.

N’ayons pas peur de répandre et de faire rayonner notre sabir, notre créole, notre dialecte, notre patois, notre langue dissidente qui est le vrai français, et qui sera de plus en plus différente du volapük dominant à qui il faut laisser le fardeau des charges officielles jusqu’à ce qu’il dépérisse de son entre-soi délétère.

Ayons le courage des mots courts, des mots nouveaux, des beaux archaïsmes. Sachons ressusciter ou faire naître ex nihilo les cases vides des verbes défectifs. Ouvrons les bras aux apports étrangers pourvu qu’ils ne soient pas anglo-américains : le latin bien sûr, les autres langues latines majeures, mais au-delà si nécessaire, le tout francisé sans complexe si cela sonne bien à l’oreille.

Orthographions à la française ce qui peut l’être : coquetèle, pulovère, barbecul, stande, champoing…

Prononçons à la française ce qui doit l’être, car il s’agit de mots français : barbecul, management, challenge, bacon…

Chassons sans pitié les substituts inutiles, car les mots français existent : top, cool, hard, shoot, soft, look, short, smart…

Ou alors, lorsque la sonorité s’y prête, basculons sur des mots français existants : tope, coule, quarte, faune…

Bref, marions l’élégance, l’imagination et l’efficacité !

Philippe KAMINSKI

.
Lire les dernières chroniques de Philippe Kaminski
“Affaire CGT vs Smart” : lois de la jungle et innovations sociales
Ginette, fais-nous revenir Attila !
Chanvre d’amis et chanvre de députés
Mélancolie de Président
PLAN, PLAN, PLAN, RANTAMPLAN
.



* Spécialiste de l’économie sociale et solidaire (ESS) en France, le statisticien Philippe Kaminski a notamment présidé l’ADDES et assume aujourd’hui la fonction de représentant en Europe du Réseau de l’Économie Sociale et Solidaire de Côte-d’Ivoire (RIESS). Il tient depuis septembre 2018 une chronique libre et hebdomadaire dans Profession Spectacle, sur les sujets d’actualité de son choix, afin d’ouvrir les lecteurs à une compréhension plus vaste des implications de l’ESS dans la vie quotidienne.