La culture selon… Philippe Poutou, Nathalie Arthaud et Jean Lassalle

Philippe Poutou, Nathalie Arthaud et Jean Lassalle ont ceci en commun, dans cette campagne présidentielle, d’être les trois seuls candidats à ne pas développer de politique culturelle conséquente. Ce n’est pourtant pas faute d’avoir décortiqué leurs programmes respectifs ! Confronté à ce manque de propositions concrètes et à UNE ABSENCE DE VISION CULTURELLE, Profession Spectacle a dû se résoudre à les réunir en une unique vidéo de présentation.

Philippe Poutou

Déjà candidat pour le Nouveau Parti Anticapitaliste lors des élections présidentielles de 2012, Philippe Poutou l’avoue d’emblée : il ne vise pas particulièrement la victoire mais souhaite porter devant les Français les thématiques qui lui sont chères.

Le parti d’extrême-gauche, qui incarne une tradition révolutionnaire, ne propose que trois mesures concernant la culture :

  • l’abrogation de la loi HADOPI,
  • la suppression du CSA au profit d’un « véritable service public de l’information et de la culture »,
  • et une refonte des droits d’auteurs.

Si la première proposition est on ne peut plus claire, les deux dernières ne font malheureusement l’objet d’aucune clarification.

En marge de ce triptyque, Philippe Poutou porte une attention particulière aux différentes langues parlées en France. Deux mesures en témoignent :

  • le renforcement des langues régionales, notamment du breton,
  • le souhait de donner une plus grande visibilité aux langues parlées par les immigrés.

Un tel survol des questions touchant la politique culturelle s’explique par la logique anticapitaliste du parti : Philippe Poutou se pose essentiellement en ennemi de la loi du marché. C’est pourquoi il concentre son programme sur les revendications économiques et sociales, au détriment d’autres enjeux, à commencer par celui de la culture pourtant soumise à cette même logique libérale qu’il dénonce. Le candidat NPA passe ainsi à côté de problématiques qui ont leur importance politique et – plus largement – humaine.

Nathalie Arthaud

La représentante de Lutte Ouvrière, Nathalie Artaud, est la seule candidate aux élections présidentielles qui continue à travailler pendant la campagne. Au-delà de l’anecdote, la position de son parti sur les politiques culturelles est très proche de celle du Nouveau Parti Anticapitaliste.

Mais tandis que Philippe Poutou ne livre que trois propositions concrètes, le parti ouvrier d’inspiration communiste n’en fait aucune ! Seul un texte, en ligne sur le site de Lutte Ouvrière, mentionne la culture ; il s’agit d’un manifeste condamnant :

  • les inégalités sociales et culturelles,
  • la précarisation des artistes,
  • la privatisation de la culture,
  • la spéculation du marché de l’art
  • et l’insuffisance importante des moyens alloués au ministère.

Plutôt que de proposer des mesures concrètes, Lutte Ouvrière se contente de donner un « aperçu » général de ce que serait sa politique culturelle idéale : elle ressemblerait à la fête annuelle du parti, où se côtoient Cité du Roman, Cité des Sciences et Cité des Arts, conférences-spectacles ou encore arts de la rue… Ce « modèle » d’accessibilité ne demanderait ainsi qu’à être reproduit à grande échelle. Une vision en apparence sympathique mais, au final, vague et éthérée.

Jean Lassalle

Enfin, le charismatique Jean Lassalle. Ancien député du Modem, cette personnalité inclassable est principalement connue pour :

  • sa grève de la fin, en 2006, contre la menace d’une délocalisation de l’usine Toyal
  • et son tour de l’Hexagone à pieds, à la rencontre des Français, en 2013.

Dans son programme, le Béarnais propose deux mesures majeures :

  • la ratification de la Charte européenne des langues régionales, promesse non-tenue de François Hollande,
  • et l’orientation du financement public de la culture vers la création indépendante plutôt que vers les activités des grands groupes.

Cette dernière mesure, pourtant intéressante, ne fait l’objet d’aucune explication sur son application structurelle et financière. Telle est la marque de fabrique du candidat sur les politiques culturelles : plusieurs mesures originales sont, faute d’explications, difficiles à évaluer, telles :

  • la création d’un circuit de salles destiné à diffuser, en régions, les œuvres des musées parisiens
  • ou encore la « demande » aux propriétaires d’œuvres d’art, exemptés d’ISF, de les présenter quelques jours par an au public.

Jean Lassalle souhaite enfin :

  • une « coopération » culturelle, linguistique et scolaire avec d’autres pays, via des « échanges » de professionnels,
  • ainsi que le jumelage d’établissements culturels européens.

Conclusion

À la différence de leurs concurrents, Philippe Poutou, Nathalie Arthaud et Jean Lassalle n’ont ainsi pas jugé bon de construire une politique culturelle digne de ce nom. Leur absence de vision globale, qui ne concerne pas que la culture, apparaît comme un lourd handicap à l’heure où la France est marquée par les divisions et recherche une possible unité.

Retrouvez tous les épisodes de notre série :



« La culture selon… » est une série vidéo de Profession Spectacle, lancée en mars 2017. En 3 à 5mn, nous vous proposons de découvrir la vision culturelle de personnalités politiques, leurs déclarations, leur bilan…

Concept, design et réalisation : Maïlys Gelin et Maël Lucas.
Conseils : Pierre Monastier



AIDEZ LA PRESSE INDÉPENDANTE
ABONNEZ-VOUS A NOTRE CHAÎNE YOUTUBE



728×90
728×90

Related posts

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :